Sections

Des élèves aident à protéger l'ail des bois dans de D'Autray

Projet du Conseil régional de l'environnement de Lanaudière


Publié le 4 octobre 2017

Marie-Sophie Buissières, Claudia Larchevêque, Simon-Gabriel Goyette, Roseline Veillette et Mathis Picard sont en compagnie de Vicky Violette, André Villeneuve et Marc-André Poirier.

©TC Media - Pierre Bellemare

ENVIRONNEMENT. Espèce menacée au Québec, particulièrement dans Lanaudière, l'ail des bois possède des alliés pour en assurer la protection dans la MRC de D'Autray.

Des élèves des écoles Sainte-Anne de Saint-Cuthbert et Saint-Joseph de Berthierville sont partenaires de différentes mesures visant à en contrer le déclin et en faciliter le développement.

Mobilisation

La démarche s'inscrit dans le cadre du projet «Contrer la perte de biodiversité dans Lanaudière: réintroduction de l'ail des bois» mis en place dans cinq institutions scolaires lanaudoises par le Conseil régional de l'environnement de Lanaudière (CREL). Le tout s'effectue en collaboration avec cinq propriétaires de boisés.

Chaque élève impliqué dans cette initiative est devenu un acteur de la biodiversité au sein de sa communauté. Les jeunes ont notamment appris l'impact sur d'autres espèces advenant que l'ail des bois disparaisse.

Durant trois années scolaires, le groupe a acquis des connaissances et s'est impliqué dans le projet. Les jeunes ont semé de l'ail des bois la première année. Ils ont fait de même les deux autres années tout en assurant un suivi de la croissance de la plante dans les deux boisés retenus dans la MRC de D'Autray.

Ils ont apprécié apprendre en pleine nature.

Environ 1000 bulbes d'ail des bois ont été fournis par les agents de la faune qui les ont saisis auprès de personnes en faisant la contrebande. La plante est en effet fort populaire.

«En récoltant les données et analysant celles-ci, les écoles Sainte-Anne et Saint-Joseph ont obtenu des taux de germination de 25% et de 54%. Ce qui permettra de créer un minimum de 1000 plants. En atteignant ce seuil, les populations ont une taille viable grâce à un taux de croissance positif», a expliqué Marc-André Poirier, chargé de projet au CREL.

Un plant d'ail des bois met entre 7 et 10 ans avant d'atteindre sa maturité.

Pierre-Olivier Petit et Kristopher Raby-Gauthier, deux des élèves participants, sont en compagnie de Bruno Vadnais, Vicky Violette et Michel Forget.
TC Media - Pierre Bellemare

Directrice du CREL, Vicky Violette a souligné le dynamisme de l'école Sainte-Anne qui collabore beaucoup aux projets de l'organisme. «Ils ont une perception favorable et un engagement envers l'environnement», a-t-elle dit.

«L'environnement, c'est important. Les projets du CREL sont bien ficelés», a noté François Beaudoin, directeur de l'institution scolaire.

«En environnement, il n'y a pas de petits gestes inutiles. La biodiversité, il faut y penser à tous les jours. L'environnement, c'est quelque chose d'important», a mentionné le député André Villeneuve.

«De telles initiatives contribuent à préserver l'environnement», a signifié le président de la commission scolaire Des Samares, Michel Forget.

«Les élèves ont un potentiel énorme d'enseigner aux adultes. Vous connaissez l'importance de sensibiliser. Vous avez une grande responsabilité. Saisissez là», a pour sa part déclaré le maire de Saint-Cuthbert, Bruno Vadnais.

Le projet a été réalisé avec l'appui financier du gouvernement du Canada (ministère de l'Environnement et du Changement climatique).