Sections

«Une victoire pour le mouvement citoyen» - Odette Sarrazin

Abandon du projet Énergie Est


Publié le 7 octobre 2017

La décision de la MRC de D'Autray a été accueillie avec joie par les citoyens venus assister à la rencontre du conseil des maires du 4 février 2015.

©TC Media - archives

PERSÉVÉRANCE. Aux premières loges dans la MRC de D'Autray et dans Lanaudière dans la lutte contre l'oléoduc d'Énergie Est, Odette Sarrazin juge que la décision de TransCanada d'abandonner son projet est une victoire pour le mouvement citoyen.

«C'est un ensemble de facteurs qui intervient dans la décision de TransCanada mais la persévérance et la vigilance des groupes citoyens et environnementaux, en collaboration avec nos municipalités, auront eu un impact important sur cette décision», affirme-t-elle.

Point de vue

Coordonnatrice de la région Nord du Regroupement de vigilance hydrocarbures Québec (R.V.H.Q.), elle estime que le pouvoir citoyen est méconnu.

Mme Sarrazin mentionne que les militants et militantes qui, depuis 2013, ont assisté aux «Portes ouvertes» de TransCanada, participé aux diverses consultations et soulevé les risques qu'auraient engendrés ce pipeline auprès de leurs élus municipaux se réjouissent de l'abandon du projet Énergie Est.

«Nous avons le devoir de protéger l'eau, l'air et le territoire. Le pétrole et le gaz doivent rester dans le sol. Il y a urgence climatique», maintient-elle.

Préfet de la MRC de D'Autray, Gaétan Gravel accueille lui aussi avec plaisir l'abandon d'Énergie Est. «On est très fier du dénouement», commente-t-il.

La MRC de D'Autray, rappelons-le, s'est vigoureusement opposée au passage de l'oléoduc (diamètre de 42 pouces) sur son territoire. S'appuyant sur le rapport réalisé par J.Harvey consultant et associés et Ecogestion Solutions, une étude qu'elle avait commandé pour l'accompagner dans sa décision, elle a dit non à l'oléoduc.

Prise lors du conseil des maires du 4 février 2015, la décision a été accueillie par les cris de joie et les applaudissements de la centaine de personnes présentes à la rencontre. Mme Sarrazin était du nombre. Le groupe de militants insistait pour que la MRC tourne le dos au projet Énergie Est qui aurait transporté quotidiennement 1,1 million de barils de pétrole brut provenant des sables bitumineux de l'Ouest canadien.

«On est très fier d'avoir mené la lutte», affirme M. Gravel.

Rappelons qu'il y a environ un mois, TransCanada (promotrice du projet d'oléoduc) a demandé un délai à l'Office national de l'énergie (O.N.E.) devant étudier le projet.

Elle voulait le réévaluer (coûts, échéancier, viabilité) à la lumière des changements annoncés par l'O.N.E. en ce qui a trait à la liste des enjeux et des aspects environnementaux.

«À la suite d'une analyse approfondie des nouvelles exigences, nous informerons l'Office national de l'énergie que nous ne poursuivrons pas les démarches relatives à nos demandes pour les projets Énergie Est et du Réseau Principal Est», a laissé savoir par communiqué, jeudi dernier, Russ Girling, président et chef de la direction de la compagnie.

Le dossier prend ainsi fin.