Sections

Un automne chaud, promet André Villeneuve

Rentrée parlementaire


Publié le 4 octobre 2017

Le député André Villeneuve.

©TC Media - archives

POLITIQUE. Le député André Villeneuve n'entend pas laisser de marge de manœuvre au gouvernement Couillard au cours de la nouvelle session parlementaire qui s'amorce.

Les dossiers de l'agriculture le préoccupent particulièrement. On le sait, il est le porte-parole du Parti Québécois en ce domaine.

Intérêt

M. Villeneuve compte, en outre, rappeler à la ministre responsable de la région de Lanaudière, Lise Thériault, sa promesse d'accompagner les agriculteurs non couverts par la Financière agricole lors des inondations printanières.

«Le temps presse et certains de nos agriculteurs sont toujours dans l'attente de l'aide gouvernementale promise par la ministre Thériault. Je vais m'assurer que la ministre respecte sa promesse d'accompagner nos agriculteurs», dit-il.

Le député de Berthier juge que les agriculteurs méritent d'avoir un ministre de l'Agriculture à temps plein. C'est un secteur économique trop important pour être géré à temps partiel. Il note que le gouvernement américain n'a pas caché sa volonté d'obtenir un plus grand accès au marché laitier canadien dans la négociation de l'ALENA.

«Le Québec mérite mieux qu'une chaise dans le corridor dans ces négociations. C'est à la table principale qu'il doit faire entendre sa voix. On demande au ministre de s'imposer et de protéger, comme il se doit, l'intérêt de nos producteurs», argumente-t-il.

En regard de l'AECG (accord Canada-Europe), il mentionne que cela représentera des pertes estimées à 1,5 milliard $ pour les producteurs laitiers et fromagers québécois. Ce qui l'amène à déclarer que les sommes du fédéral (250 millions $ du programme d'investissement pour les fermes laitières, 100 millions $ pour les fromagers) sont loin du compte.

Pour ce qui est de la fiscalité foncière agricole, malgré que le gouvernement Libéral ait finalement entendu raison en février dernier, en abandonnant la réforme annoncée en 2016, il juge que le travail est loin d'être terminé. «À cet effet, nous appuyons les municipalités et les acteurs du monde agricole afin qu'une Table de discussion voit le jour et qui, assurément, permettrait d'établir un régime plus équitable», signifie-t-il.

Évidemment, une attention particulière devra être portée concernant la légalisation du cannabis. La santé et la sécurité publiques demeurent au coeur des préoccupations du Parti Québécois. «Nous avons un plan solide à cet effet, c'est-à-dire de créer une filiale de la SAQ pour la vente exclusive de ce produit», fait-il valoir.

Et il réitère qu'il continuera à se battre et à défendre les intérêts de la population. (P.B.)