Paul Buissonneau : la Roulotte d’hier à aujourd’hui

Isabelle Padula infolanaudiere@tc.tc
Publié le 12 août 2013

Sans contredit, Paul Buissonneau a marqué l’enfance de plusieurs adultes, le parcours professionnel de nombreux artistes, le petit écran des téléspectateurs, bref l’identité culturelle même du Québec. Avec la restauration récente de la Roulotte originale dans laquelle Paul Buissonneau a débuté sa carrière, il allait de soi qu’un hommage lui soit rendu. Pour l’occasion une grande foule s’était déplacée dans la petite localité de Mandeville, où réside l’homme de théâtre depuis plusieurs années. Plusieurs invités ont pris parole sur la scène même de la Roulotte, afin de rendre hommage à Paul Buissonneau qui était présent pour l’occasion.

Paul Buissonneau : le père

Julien Poulin a fait ses premiers pas dans les années soixante au théâtre avec Paul Buissonneau dans la Roulotte, l’originale, celle-là même qui vient d’être rénovée et qui sillonne actuellement les route et les parcs lanaudois. Après avoir fait entamer à la foule quelques phrases de la chanson de Reichshoffen, Il fallait voir les cavaliers charger, dont visiblement plusieurs dans l’assistance se souvenaient des gestes et du refrain, Julien Poulin a pris parole. Il a rendu hommage à son mentor, celui qu’il considère comme son père. «J’ai rencontré un homme qui m’a ouvert les portes de l’imaginaire. Un créateur qui assume ses idées, un combattant artiste, un homme de respect. Paul, c’est mon père, le père de mon imaginaire.» a-t-il conclu ému.

Paul Buissonneau : la mère

Chloé Sainte-Marie était également de la soirée. La chanteuse connait Paul Buissonneau depuis fort longtemps. Elle l’a rencontré en fait en même temps que Gilles Carle. «Si j’avais eu à choisir ma mère, j’aurais choisi Paul Buissonneau.» C’est lui qui est le metteur en scène attitré des spectacles de Chloé Ste-Marie. Cette dernière lui a entre autres offert un touchant poème de Félix Leclerc. Je m'appellerais l'amour que je te courtiserais. Je m'appellerais la peur, que je te défendrais. Je m'appellerais la nuit, que je t'illuminerais. Je m'appellerais la mort que je t'épargnerais.

Paul Buissonneau : le parc

La mairesse de Mandeville, Francine Bergeron était visiblement heureuse de cette journée sous le thème du théâtre qui s’est déroulée en sa municipalité. Le projet de théâtre de rue intitulé Mandeville : La découverte a été présenté au cœur même du village en après-midi et a connu un franc succès. La mairesse a profité de l’hommage rendu en soirée pour procéder à une annonce. «Je suis très heureuse de vous apprendre que Paul Buissonneau sera toujours associé à sa propagande du bonheur chez les enfants avec le parc que nous nommerons dorénavant le parc Paul Buissonneau.» Gaétan Gravel, préfet de la MRC de D’Autray et maire de la ville de Saint-Gabriel, a également tenu à exprimer sa reconnaissance à Paul Buissonneau pour le don de la Roulotte et l’engouement culturel que ce projet suscite dans la région.

Paul Buissonneau : l’avenir

C’est la compagnie de théâtre lanaudoise Advienne que pourra qui a eu le mandat d’animer professionnellement la Roulotte de Paul Buissonneau. Cette initiative permet aux citoyens d'avoir accès gratuitement à du théâtre et les enfants peuvent également participer à des ateliers de théâtre. Actuellement, la pièce qui y est proposée est une adaptation de la pièce 80 jours autour du monde de Jules Verne. Cette pièce met en scène, cinq comédiens, plus de quarante costumes magnifiques, de belles musiques et quatre-vingt-dix minutes d’action et de divertissement de qualité ! Une bien belle façon de faire revivre la Roulotte, cette institution qui a marqué le Québec pendant des années.

La Roulotte de Paul Buissonneau:révélatrice de talents

Le tour du monde en 80 jours