Sections

Plus de soixante-dix chiens saisis dans une résidence de Saint-Gabriel-de-Brandon

Les animaux devront être évalués afin de déterminer s'il s'agit de cruauté animale


Publié le 11 octobre 2017

Une cinquantaine de chiens ont été saisis dans une résidence de Saint-Gabriel-de-Brandon le 11 octobre 2017.

©Photo - gracieuseté

FAITS DIVERS. Soixante-dix chiens et quatre carcasses ont été découverts par hasard par la police, le 11 octobre, dans une petite maison de Saint-Gabriel-de-Brandon où des agents s'étaient d'abord rendu pour enquêter sur une femme soupçonnée de fraude et de fabrication de faux carnets de santé et de vaccination. Les animaux ont été saisis afin de déterminer s'il s'agit d'un cas de cruauté animale.

La femme de 44 ans faisait l'objet d'une enquête de la Sûreté du Québec depuis que l'Ordre des médecins vétérinaires du Québec eut porté plainte contre elle.

Selon la police, elle aurait émis des carnets de santé et de vaccination d'animaux au nom d'un vétérinaire existant, mais qui ne les aurait jamais rédigés dans le cadre de ses fonctions.

Les policiers se sont donc rendus vers 9 h dans une résidence où elle se trouvait, sur la rue Thérèse, et ils ont découvert 70 chiens, lesquels se trouvaient partout dans la petite maison et dont certains dans des cages. Quatre carcasses de chiens ont aussi été découvertes au sous-sol de la résidence. Il y avait des yorkshires et des bichons-maltais ainsi qu'un chihuahua.  

Une cinquantaine de chiens ont été saisis dans une résidence de Saint-Gabriel-de-Brandon le 11 octobre 2017.
Photo - gracieuseté

La police a demandé l'assistance du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec qui a saisi les chiens en fin de journée. Des représentants de l'Ordre des médecins vétérinaires du Québec se sont aussi rendus sur les lieux.

Une cinquantaine de chiens ont été saisis dans une résidence de Saint-Gabriel-de-Brandon le 11 octobre 2017.
Photo - gracieuseté

Les animaux devront être évalués afin de savoir s'il s'agit d'un cas de cruauté animale.

Lors de la perquisition, des médicaments pour animaux, habituellement disponibles sous ordonnance ont aussi été saisis, ainsi qu’un ordinateur et un cellulaire.

La femme a été arrêtée pus libérée par sommation.