LNH: retour sur le match des étoiles

La chronique hockey de Martin McGuire

Publié le 31 janvier 2017

Le match des étoiles 2017 de la LNH s'est déroulé à Los Angeles.

©Copyright 2017 The Associated Press. All rights reserved.

Comme on le sait, Los Angeles est la ville des étoiles et elle a bien traité celles de la LNH lors du dernier week-end.

Je ne vous cacherai pas mon manque d’intérêt pour l’événement sportif en tant que tel. Comme vous tous, j’ai regardé du coin de l’œil le cours d’habiletés, mon seul intérêt étant porté sur Shea Weber, maintenant un fier membre de la Sainte-Flanelle.

J’étais très intrigué de voir si Shea conserverait sa couronne du tir le plus puissant. Cette épreuve de talent individuel est d’ailleurs l’une des plus populaires à ce concours, qui a perdu un peu de son lustre avec les années. Mais oui, partisans du Canadien, Weber a conservé sa couronne avec presque 103 m/h. Il a encore le tir le plus puissant de la LNH. Parlez-en à Brendan Gallagher qui y a laissé quelques os de la main gauche…

Autre fait à noter, le tandem Carey Price-Shea Weber a bien représenté le Canadien. Deux athlètes en vue, qui encore cette année, performent à leur sommet et ont contribué à faire rayonner à nouveau l’organisation du Canadien. Le proprio Geoff Molson en était tellement fier qu’il a décidé de noliser un avion qui a traversé le continent avec Michel Therrien à bord, ses deux joueurs vedettes si précieux à son équipe et leur famille. C’est connu de tous dans la LNH, le Canadien prend soin de ses joueurs, surtout quand il s’agit de vedettes comme Price et Weber.

Lors de cette classique, la LNH, dans le cadre de son 100e anniversaire, a tenu un événement très significatif : la publication de la liste des 100 meilleurs joueurs des 100 dernières années d’histoire de la Ligue. Des vedettes, il y en avait! Bobby Orr, Wayne Gretzky et Mario Lemieux réunis sur une même scène.

Il y avait tellement d’émotion autour de la présence de ces dizaines d’anciennes vedettes de la LNH, qui ont été invitées à un grand banquet, qu’on avait même l’impression qu’il y avait une autre table d’honneur avec Gordie Howe, Rocket Richard et Jean Béliveau. Qui sait, ils étaient peut-être là aussi.

Ceci dit, Los Angeles était le théâtre parfait pour une célébration de ce genre. Là aussi, le propriétaire du Canadien, Geoff Molson, avait de quoi être fier; 24 porte-couleurs de la Sainte-Flanelle ont trouvé place dans le top 100. C’est le quart, ma foi!, 25% des plus grandes vedettes de la LNH ont porté le bleu-blanc-rouge. L’héritier Molson poursuivait la tradition de son père et de son grand-père, le Canadien en est sorti encore grandi.

Cependant, il y a une petite ombre au tableau : pour des raisons obscures, que personnes n’arrive vraiment à expliquer, aucune activité du centenaire de la Ligue ne sera tenue à Montréal. C’est à croire, M. Bettman, que vous faites de l’aveuglément volontaire!

La Ligue a ses fondations chez nous, à Montréal, au Québec. Un panel chevronné de 68 personnes, médias, dirigeants, anciens joueurs, journalistes retraités et membres du Temple de la renommée, a déterminé que le quart des joueurs ayant marqué les 100 ans d’existence de la Ligue, ont patiné au Forum. Mais M. Bettman n’a toujours pas organisé d’événement soulignant les 100 ans de la LNH ici, pour représenter le prestige et le rôle indéniable qu’a joué Montréal et la province de Québec dans l’émancipation de la Ligue nationale.

M. Bettman, votre jupon dépasse…

Heureusement, il reste encore du temps pour corriger le tir. Ce n’est pas parce que n’avons pas de stade de baseball pour organiser un match en plein air qu’il n’est pas possible de tenir un événement prestigieux à la mesure de ce qu’a été le Canadien dans l’histoire de la Ligue.

Pendant ce temps, la LNH n’a toujours pas trouvé de terrain d’entente concernant la participation de ses joueurs aux prochains Jeux d’hiver. Ça commence à faire « tic-tac-tic-tac ». Nous sommes presque à un an des cérémonies d’ouverture des Jeux en Corée.

Selon mon collègue Renaud Lavoie de TVA Sports, le réseau NBC, un partenaire important dans l’aventure olympique et aussi un partenaire de premier ordre pour la LNH, ferait des pressions en coulisse pour s’assurer de présenter un tournoi olympique avec les meilleurs au monde.

Toujours selon ces informations, Renaud Lavoie nous apprend que NBC et la LNH tentent d’obtenir des dollars non seulement pour assumer les frais d’assurances et de déplacement des joueurs étoiles de la Ligue vers la Corée, mais ajoutez à cela un montant d’argent visant à compenser les pertes monétaires encourues par la pause obligatoire de 18 jours dans la LNH. Du jamais vu!

Si tu réussis cela, Gary, t’es fort! Rares ont été les dirigeants de sport professionnel  qui furent capables de mettre le CIO à genoux. Vraiment, Gary, t’es très fort, ou tu fais exprès pour te faire dire non. À noter que des vedettes de la Ligue, par la voix de leurs plus grands, soit Crosby et Toews, ont manifesté leur intention d’y être.

Chez le Canadien maintenant...

Marc Bergevin a ramassé une aubaine : le défenseur du Lightning Nikita Nesterov est maintenant la propriété du Canadien. Ce n’est pas le coup du siècle, mais c’est un bon pari.

Il a 23 ans, donc a encore du potentiel à développer et a une certaine expérience de la LNH et des séries. Même si chez le Lightning, Nesterov n’a jamais eu la chance de se faire une vraie place, il reste qu’en retour d’un jeune prospect comme Jonathan Racine, repêché par les Panthers et acquis en retour du Français Bozon, c’est pas cher payé.

Le CH ajoute un autre joueur russe à sa filière déjà bien garnie. Un bon pari, puisqu’entouré de Galchenyuk, Radulov, Emelin, le jeune espoir Sergachev et Markov, Nesterov va se sentir un peu chez lui. Il a du talent, mais il n’a pu atteindre son potentiel jusqu’ici.

Contrairement à certaines équipes qui semblent s’éloigner le plus possible des joueurs russes, chez le Canadien, on n’a pas peur! La présence de Markov y est pour beaucoup. Les joueurs russes établissent leur valeur entre eux par la hiérarchie et avouons-le, depuis le départ de Pavel Datsyuk, même si Malkin et Ovechkin sont de grandes vedettes, le tsar, c’est Markov. La présence d’un vétéran comme lui, hautement respecté par les hockeyeurs de son pays, place Marc Bergevin dans une très bonne position. L’indéniable influence qu’a Markov auprès des autres jeunes joueurs russes facilite l’intégration de ses compatriotes à Montréal. Il ne parle pas fort, notre Andrei, mais il en impose.

Alors le Canadien ne peut qu’être gagnant.

Attendons de voir, les prochaines semaines risquent d’être fertiles. Marc Bergevin n’a pas le choix, il doit tenter le gros coup.

Lisez plus de chroniques de Martin McGuire en cliquant ici