Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

03 Novembre 2018

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Du mécontentement à Mandeville

Pont du rang Saint-Augustin sur la rivière Maskinongé

Pont à une voie

©Pierre Bellemare - L'Action d'Autray

La circulation s’effectue en alternance.

MUNICIPAL. La patience est de mise à Mandeville. Limité aux véhicules de 10 tonnes et moins et réduit à une voie, le pont qui enjambe la rivière Maskinongé sur le rang Saint-Augustin ne connaitra pas d’amélioration avant deux ans. Et peut-être plus! Mandeville fait des pieds et des mains pour accélérer le processus.

En fait, le pont doit être démoli et reconstruit. Le ministère des Transports (MTQ) possède un projet en ce sens. Les travaux devront être échelonnés sur deux ans, à compter du moment où les budgets seront accordés. Un rehaussement de la route est prévu.

Portrait

Le pont a été construit en 1953. L’état de dégradation de la structure a forcé le MTQ à imposer une limite de charge depuis 2011 et à réduire la circulation à une voie, avec circulation en alternance à compter de 2016. De nouvelles limites de charge ont été imposées en 2016 et au début de 2018.

Suivant les informations communiquées à Mandeville et Saint-Gabriel-de-Brandon (aussi touchée par la situation), en décembre dernier, lors d’une rencontre initiée par le MTQ, les pieux connaissent des pertes de section importantes sur toute la longueur visible. Les unités de fondation et le tablier sont aussi endommagés.

Les camions de plus de 10 tonnes ne peuvent emprunter le pont. Il leur faut faire un détour d’environ 18 kilomètres en circulant dans Ville Saint-Gabriel puis en empruntant la route 347 et le Chemin Lafrenière.

Mandeville fait valoir que cela occasionne plusieurs désagréments aux usagers de la route et aux commerces du secteur.

Par ailleurs, Mandeville soulève que le chemin de détour est plus à risque d’accident, compte tenu qu’il est plus sinueux et que, en saison hivernale, une accumulation de glace noire est présente.

La mairesse de Mandeville mentionne aussi qu’une partie du Chemin Lafrenière se recouvre d’eau chaque printemps. Il a même été fermé quelques heures, cette année.

«Je trouve ça très long», mentionne-t-elle en regard du délai pour la reconstruction du pont. «On a des plaintes pour les feux de circulation. Il arrive aussi que des camions passent quand même», ajoute-t-elle.

Un panneau indicateur de restriction de charge est installé à l’intersection du rang Saint-Augustin et de la route 348 mais certains camionneurs ne l’ayant pas aperçu arrivent face au pont… et traversent quand même.

«C’est vraiment pas évident», évoque Mme Bergeron.

Mandeville demande au ministère des Transports d’accélérer le processus afin que le projet de reconstruction s’effectue plus rapidement. Elle affirme que le délai de reconstruction est beaucoup trop long. Saint-Gabriel-de-Brandon lui accorde son appui. La MRC de D’Autray a fait de même lors du conseil des maires du 3 octobre dernier.

Mandeville a également acheminé sa résolution à la nouvelle députée de Berthier et ministre du Tourisme, Caroline Proulx.

Commentaires

6 novembre 2018

Josee Bertrand

Un autre problème non mentionné est que les camions 10 roues,12 roues ainsi que les camions de bois empruntent le pont du rang Saint-Pierre qui est déjà indiquer comme pas de camion en charge ! bien ont peu en compter parfois jusqu'à 30 a l'heure et provenance des deux sens !

6 novembre 2018

Liette Beaulieu

Bonjour Je tiens à soutenir nos élus ça à pas d'allure un délai si long, si ça continue comme ça on vas être encore comme ça pour + de 5 ans et ça fait déjà plus de 2 ans qu'on endure cela.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média