Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Faits Divers

Retour

13 décembre 2018

Steven Lafortune - slafortune@lexismedia.ca

L’Opération Cerftitude démantèle un réseau de braconnage

À Saint-Gabriel-de-Brandon, Mandeville et Saint-Cuthbert

Braconnage

©(Photo L'Action - Steven Lafortune)

L’opération Cerftitude a permis le démantèlement d’un réseau de braconnage sévissant à Saint-Gabriel-de-Brandon, Mandeville et Saint-Cuthbert.

BRACONNAGE. L’opération Cerftitude des agents de protection de la faune du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a procédé, le mercredi 12 décembre, au démantèlement d’un réseau de braconnage sévissant à Saint-Gabriel-de-Brandon, Mandeville et Saint-Cuthbert. 

Au total, 27 suspects ont été arrêtés et 30 chefs d’accusation de chasse de nuit, chasse de gros gibier en temps prohibé, vente de gros gibier, possession illégale et fausse déclaration à l’enregistrement ont été déposés.  

S’ils sont reconnus coupables, ils sont passibles d’amendes pouvant atteindre 45 000 $. De plus, les agents ont perquisitionné dans cinq endroits une trentaine de kilos de viande de cerf de Virginie. 

« Il s’agissait d’une enquête délicate et d’une opération majeure. Deux cellules étaient reliées par une boucherie dans une arrière-cour où les individus procédaient à la transformation de la viande », a fait savoir le commandant et directeur régional de la protection de la faune dans les secteurs de la Mauricie, Centre-du-Québec et Lanaudière, Yvan Brisebois. 

Publicité

Défiler pour continuer

L’enquête est toujours en cours au moment d’écrire ces lignes. M. Brisebois a indiqué que la viande saisie sera redistribuée aux organismes philanthropiques de la région. 

Un vaste contingent

 

Pas moins de 70 agents estriens, mauriciens, centricois ainsi que d’autres régions ont collaboré à l’opération. L’entièreté des effectifs du bureau de Joliette a été accaparée par l’enquête. 

« Tout cela est parti d’informations des citoyens. Au fil du temps, les pièces du casse-tête se sont assemblées et plus le temps avançait, plus nous en apprenions sur leur mode d’opération », a raconté le coordonnateur du bureau de Joliette, le sergent David Garceau. 

À l’automne, le service a reçu un nombre imposant d’informations concernant la boucherie. S’en est suivi un important travail de surveillance 24 h par jour, 7 jours par semaine. 

Cependant, il précise que l’opération Cerftitude n’est pas la plus fructueuse des dernières années. L’opération Crépuscule, en 2016, avait mis fin au plus grand réseau de braconnage, perquisitionnant des centaines de kilos de cerf, d’orignal et de doré.

Un impact au niveau local

Bien que le cerf de Virginie se porte bien au Québec, le biologiste et responsable de la faune terrestre au ministère de la Faune, Yannick Bilodeau, estime que le braconnage peut avoir des conséquences néfastes pour les générations à venir. 

« Cela peut avoir un impact au niveau local, car on ne peut savoir si ce sont des mâles ou des femelles qui ont été chassés. Si on chasse les femelles, qui peuvent avoir engendré entre 15 à 20 faons après 3 générations, il peut se produire un fossé dans le futur », a-t-il fait savoir. 

Enfin, environ 45 000 cerfs de Virginie sont abattus annuellement, selon les rapports du ministère. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média