Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

28 Juillet 2018

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Québec accorde 4,6 millions $ pour la santé du lac Saint-Pierre

Création d’un pôle d’expertise en gestion durable du littoral

©gracieuseté - L'Action d'Autray

La ministre Isabelle Melançon.

ENVIRONNEMENT. Québec poursuit ses efforts en faveur de la conservation du lac Saint-Pierre. Le monde universitaire est mis à contribution. Des subventions totalisant 4,6 millions $, réparties sur quatre ans, sont accordées à l’Université McGill, l’Université Laval et l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Il s’agit de mettre sur pied un pôle d’expertise multidisciplinaire en gestion durable du plan d’eau. C’est le second volet de son plan visant à définir et à promouvoir une agriculture durable compatible avec l’écosystème du lac Saint-Pierre.

Collaboration

Le nouvel pôle d’expertise aura pour mandat de proposer des projets de recherche et d’expérimentation concrets qui favoriseront une agriculture durable, adaptée à l’écosystème du lac Saint-Pierre et respectueuse de ce dernier.

On vise aussi à établir une collaboration entre les intervenants du milieu autour de trois objectifs.

Il s’agit de développer des cultures et des pratiques agricoles adaptées au contexte particulier des grands littoraux cultivés du lac Saint-Pierre qui auront des incidences positives sur la qualité de son écosystème. On veut évaluer la performance et les impacts sociaux, économiques, environnementaux et fauniques des activités agricoles et des projets de restauration. On entend proposer, à partir des résultats de recherches, à la ministre du Développement durable et de l’Environnement et au ministre de l’Agriculture un mode de gestion favorisant une agriculture durable dans le littoral du lac Saint-Pierre.

Le pôle d’expertise devra s’adjoindre d’autres experts en établissant des partenariats, notamment avec le milieu agricole et celui de la recherche, aux différentes phases de son développement.

La participation active des agriculteurs sera au cœur de la démarche de détermination des solutions durables adaptées à l’écosystème du lac Saint-Pierre.

L’annonce a été faite par la ministre du Développement durable et de l’Environnement, Isabelle Mélançon, et l’adjoint parlementaire du Premier Ministre pour les régions et député de Maskinongé, Marc H. Plante.

Elle complète le plan en deux volets dévoilé en mars dernier en faveur de la conservation du lac Saint-Pierre, lequel était assorti d’une aide de 14 millions $ sur cinq ans du gouvernement du Québec.

Le premier volet consistait à mettre en œuvre le programme pour la conservation du lac Saint-Pierre, un programme d’aide financière destiné aux organismes du milieu souhaitant mener des initiatives de conservation ou de restauration de la biodiversité et de la qualité de l’eau du lac Saint-Pierre.

Long de 32 kilomètres et large de 14 kilomètres, le lac Saint-Pierre est le dernier bassin d’eau douce du fleuve Saint-Laurent avant l’océan. Il s’étend de Sorel-Tracy à Trois-Rivières. Il a été reconnu comme zone humide d’importance internationale en 1998 par la convention Ramsar. En 2000, l’Unesco l’a désigné réserve mondiale de la biosphère. (PB)

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Réalisé par