Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

20 septembre 2018

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Que feriez-vous pour contrer la pénurie de main-d’œuvre ?

Comté de Berthier

Votation

©(Photo L'Action - archives)

ÉLECTIONS. À l’occasion des élections, l’équipe de L’Action et de L'Action D'Autray interpellera chaque semaine les candidats des différents partis sur un enjeu qui touche la région. Cette semaine, les candidats de Berthier ont répondu spontanément à une question touchant la pénurie de main-d’oeuvre.

Louise Beaudry, Québec solidaire

«Je pense qu’il faut prendre en considération l’achat local.

Il faut mettre en place des structures pour accueillir la main-d’œuvre supplémentaire.

Il faut être attractif. Il y a des gens qui s’intéressent à la région. Il faut trouver des moyens de les attirer.

Il faut penser à la qualité de vie ainsi qu’aux services offerts dans la région. Attirons ces gens-là avec de bonnes conditions de vie. Il faut aussi donner de la formation aux travailleurs qui sont déjà en place.

Le tout passe par un soutien aux PME dans la recherche d’employés. Il faut donner des facilités aux PME. Il faut les soutenir dans leur démarche. Et il faut mettre l’accent sur le tourisme.» (PB)

Louise Beaudry

©Photo gracieuseté - L'Action d'Autray

Louise Beaudry.

André Villeneuve , Parti québécois

« Je vais continuer à faire ce que j’ai commencé il y a un mois, moment où j’ai rencontré une quarantaine d’entrepreneurs de différents horizons économiques. C’était une rencontre très inspirante pour travailler sur la pénurie de main-d’œuvre. Certains sont obligés de refuser des contrats, d’autres de croître, donc, il y a là un problème vraiment important. Au Parti québécois, nous voulons que 100% des nouveaux arrivants aient un français intermédiaire avant de mettre un pied au Québec, soit qu’ils soient en mesure de comprendre des instructions, de lire un agenda, de pouvoir communiquer correctement, etc. On sait que c’est un échec actuellement et nous voulons que ce soit un succès. Il y a 300 M de francophones dans le monde, donc la masse critique est là et le Québec fait affaire avec plus de 200 bureaux dans le monde pour faire un travail en amont et que les nouveaux arrivants puissent apprendre le français intermédiaire. Nous voulons que 25% des nouveaux arrivants puissent s’installer en région. C’est une façon de limiter la pénurie de main-d’œuvre. Aussi, si les personnes qui prennent leur retraite veulent continuer à travailler, nous mettrons en place des incitatifs financiers pour qu’elles demeurent au travail et qu’elles puissent y trouver leur compte sur le plan monétaire. » (GG)

Andre Villeneuve

©Photo gracieuseté - L'Action d'Autray

André Villeneuve.

Caroline Proulx, Coalition avenir Québec

«L’immigration est l’orientation à se donner. La certification des nouveaux arrivants est importante.

Ce n’est pas une légende urbaine de voir des chauffeurs de taxi détenteurs d’un baccalauréat. La CAQ va s’empresser de reconnaître les compétences des personnes tout en régionalisant l’immigration. Il y a des gens compétents.

La qualité des immigrants économiques permettra de répondre à la pénurie de main-d’œuvre que vivent les entreprises de la région.

Il faut accélérer le processus de certification de ces personnes. Il faut réduire les couches de paperasse pour y arriver. Il faut une adéquation entre les besoins des entreprises et les qualifications des nouveaux arrivants.

Ça prend du gros bon sens dans la démarche. On va arrimer les deux.» (PB)

Caroline Proulx

©Photo gracieuseté - L'Action d'Autray

Caroline Proulx.

Le candidat libéral dans Berthier, Robert Magnan, a refusé de se prêter à l’exercice.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média