Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

02 février 2019

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

On veut éviter un acte irréversible

À la défense de la bâtisse du CHSLD de Sainte-Élisabeth

CHSLD

©archives - L'Action d'Autray

La bâtisse qui abrite le CHSLD de Sainte-Élisabeth a été construite en 1877.

PATRIMOINE. La levée de boucliers s’amorce dans le dossier du centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de Sainte-Élisabeth. On veut éviter la démolition de la bâtisse construite en 1877 qui était le couvent des Sœurs de la Providence (ancien couvent de Sainte-Élisabeth de Hongrie).

La bâtisse est inscrite au répertoire du patrimoine culturel du Québec mais ne bénéficie pas de statut juridique en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel. Elle prend place dans le noyau urbain, à proximité du presbytère en pierres grises (construit en 1874) et de l’église Sainte-Élisabeth de Hongrie, de construction plus récente (1953).

Inquiétude

«Nous avons récemment appris que votre ministère comptait mettre en place sa première maison pour aînés à Sainte-Élisabeth dans Lanaudière. Il s’agit en effet d’un lieu offrant un cadre bucolique tout à fait approprié à la clientèle visée par ce projet. Cependant, nous sommes particulièrement inquiets de constater que votre projet de développement impliquerait la démolition d’un édifice datant de 1877», a écrit Action Patrimoine à la ministre Marguerite Blais (ministre responsable des Ainées et des Proches aidants) au cours des derniers jours.

Publicité

Défiler pour continuer

Il s’agit d’un organisme privé sans but lucratif qui œuvre depuis 1975 à protéger, à mettre en valeur et à faire connaitre le patrimoine bâti et les paysages culturels du Québec.

On rappelle que comme en témoigne l’inventaire du patrimoine effectué par la MRC de D’Autray, l’état physique du bâtiment, son milieu environnant ainsi que sa valeur patrimoniale sont jugés supérieurs.

Action Patrimoine se dit aussi surpris de constater le manque de communication interministériel dans ce dossier, notamment avec le ministère de la Culture et des Communications (MCC).

Par souci d’exemplarité, l’organisme invite Mme Blais à considérer au plus vite le caractère patrimonial de l’ancien couvent. Cela implique de commander les études patrimoniales nécessaires et d’impliquer le MCC et les instances locales (MRC, municipalité, organismes) dans toute prise de décision qui concerne un bâtiment répertorié.

«Compte tenu de l’intérêt patrimonial de cet ancien couvent, nous vous invitons à considérer au plus vite son caractère patrimonial afin d’éviter un acte irréversible. En ce sens, nous vous suggérons de commander des études patrimoniales et de vous entourer des instances locales afin d’obtenir une analyse complète et de faire des choix avisés», précise-t-on.

Action Patrimoine signale à Mme Blais être à sa disposition pour collaborer dans ce dossier et, ainsi, assurer un avenir à l’édifice.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média