Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

30 mars 2019

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Un trio de Saskatoon en spectacle à Lavaltrie

Tout nouveau disque

Lepage Mario

©gracieuseté - L'Action d'Autray

Mario Lepage.

CULTURE. Menée par l’auteur-compositeur et multi-instrumentiste Mario Lepage, la formation Ponteix sera en spectacle le vendredi 5 avril au café culturel La Chasse-Galerie de Lavaltrie. Le groupe de la Saskatchewan vient tout juste (29 mars) de lancer son premier album («Bastion»).

Il s’agira seulement de leur deuxième arrêt sur scène depuis cette importante étape de leur carrière. Val David, Toronto, Ottawa, Montréal, Québec et La Malbaie sont d’autres localités à leur feuille de route avant un retour dans l’ouest du pays.

Hors du commun

L’univers de Ponteix est riche et multi-couches. C’est très majoritairement francophone, avec des influences électro-pop et indie-alternatives.

Atmosphérique à souhait, «Bastion» est une expérience auditive hors du commun, là où les mélodies planantes et recherchées enveloppent parfaitement le rock aux teintes psychédéliques de Ponteix.

On explique que les arrangements méticuleux de Mario Lepage, particulièrement ses textes riches mais parfois épurés, ainsi que les couches-effets dans sa voix, démontrent encore une fois l’étendue de son talent.

Pour mener à bien son ambitieux projet, Mario Lepage s’est entouré de Louis-Jean Cormier et Anique Granger, co-auteurs et mentors, et de Fred Levac (Pandaléon) à la co-réalisation, à la prise de son et au mixage.

Tirant son nom d’une petite bourgade francophone isolée dans l’immensité des prairies canadiennes, Ponteix apparait tel un symbole de résilience. Cette affirmation identitaire et la recherche d’authenticité parcourent toute l’œuvre de Mario Lepage et de son projet Ponteix.

Sur la chanson «Alamo», Mario Lepage aborde habilement le thème délicat de la dualité linguistique face à l’assimilation culturelle mais aussi de la confiance en soi face à la solitude. Dans «La fourche», il est plutôt question des nombreuses routes qu’on peut emprunter et de la difficulté à accepter le dicton «Que sera, sera». «Les éclats» poursuit ces réflexions vers une finale musicale inspirante.

Un spectacle dont il faut profiter. (PB)

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média