Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

05 avril 2019

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Berthierville s’explique

Monastère des Moniales Dominicaines

Nantel Suzanne

©archives - L'Action d'Autray

La mairesse Suzanne Nantel.

MUNICIPAL. «Il est évident que nous sommes sensibles à la situation. Il s’agit d’une page d’histoire berthelaise qui pourrait se tourner. Cependant, nous avons été avisés de la vente une fois que l’acte était notarié», a réagi, jeudi dernier, Suzanne Nantel, mairesse de Berthierville, par voie de communiqué.

Elle note que telles que le démontraient certaines observations présentées dans l’inventaire du patrimoine bâti de la MRC de D’Autray, Berthierville aurait dû utiliser la Loi sur le patrimoine culturel pour protéger le bâtiment et assurer sa préservation et sa mise en valeur.

Point de vue

Selon ce qui est mentionné dans le communiqué, en agissant de la sorte, Berthierville évalue qu’elle aurait imposé une charge financière au-delà des moyens des Moniales. On ajoute que, en fait, ni les Moniales ni la ville n’avaient les ressources financières pour rénover ou restaurer un bâtiment d’une telle envergure.

La ville affirme que l’aménagement intérieur du bâtiment rend sa conversion très onéreuse, ce qui pourrait expliquer le manque d’intérêt d’éventuels investisseurs.

«Pour la ville, faire l’acquisition du bâtiment, vacant depuis sept ans, n’était pas envisageable. Ce geste aurait mené à une augmentation importante de la charge fiscale des Berthelais», affirme-t-on.

Berthierville précise avoir à cœur la préservation de son patrimoine. Elle souligne avoir réalisé plusieurs actions en faveur de son patrimoine bâti par le passé et continuer de le faire. L’adoption d’un règlement sur les plans d’intégration et d’implantation architecturale en 2011, des investissements dans la Place du Marché et la démarche de revitalisation du secteur commercial du Vieux-Berthier sont des exemples fournis.

Rappelant que le ministère de la Culture a utilisé son pouvoir de suspendre les travaux de démolition, elle l’assure de sa pleine collaboration.

Berthierville entend rencontrer les représentants du ministère afin d’examiner toutes les avenues possibles.

Les élus berthelais se sont réunis à huis clos, jeudi soir, pour partager de l’information et échanger sur le dossier. Quatre représentants de la MRC de D’Autray ont pris part à la rencontre.

Suite à cela, la mairesse Suzanne Nantel a tenu à apporter des précisions sur le cheminement du dossier.

Elle a mentionné que le lundi 1er avril, l’urbaniste de la MRC de D’Autray qui s’occupe des dossiers de Berthierville lui a soumis la demande de permis de démolition du monastère. Celle-ci était accompagnée d’une copie du contrat d’achat où il était spécifié que l’acheteur avait avisé le vendeur que le bâtiment serait démoli.

Elle a donné son autorisation, considérant les éléments qu’elle avait en main. Elle a aussi pris en considération la progression de la ville puisque la disparation de la bâtisse ouvrait la porte à un projet de développement domiciliaire.

«Je n’ai jamais pensé qu’on pouvait se prévaloir de la loi sur le patrimoine bâti rendu à cette étape-là», a-t-elle affirmé. D’autant plus que personne à la MRC de D’Autray ne lui a conseillé d’utiliser cette option.

Elle a aussi mentionné que, avant son arrivée (elle a été élue mairesse en novembre 2013), cette avenue n’a pas été retenue par le conseil de l’époque.

Mme Nantel a aussi mis en lumière l’exemption de taxes pour la bâtisse que Berthierville a offert pour une durée de deux ans, à compter de 2016, afin de faciliter la vente du monastère.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média