Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

22 juillet 2019

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Saint-Gabriel : l’une veut, l’autre pas

Étude sur un potentiel regroupement

Frigon Mario

©archives - L'Action d'Autray

Mario Frigon.

MUNICIPAL Créer un seul et même Saint-Gabriel n’est pas vu du même œil à Ville Saint-Gabriel et Saint-Gabriel-de-Brandon. La localité du maire Gaétan Gravel propose à celle du maire Mario Frigon de demander au ministère des Affaires municipales et de l’Habitation de réaliser une étude à cet effet, sans y fixer d’objectif précis, si ce n’est d’y voir clair. Saint-Gabriel-de-Brandon ne veut rien entendre.

«Ça ne nous tente pas. On veut vraiment pas», maintient M. Frigon. Il note que les citoyens de sa municipalité sont craintifs au niveau d’une potentielle hausse de taxes. Il faut souligner que MM. Gravel et Frigon discutent du dossier depuis longtemps. C’est toutefois la première fois que M. Gravel écrit (4 avril) à ce sujet à son collègue et aux autres membres du conseil municipal.

Points de vue

M. Frigon et les membres de son conseil municipal jugent que les deux municipalités possèdent de très bonnes ententes selon les besoins des communautés.

M. Frigon précise que Saint-Gabriel-de-Brandon a remis à sa voisine environ 150 000$ des redevances sur les carrières et sablières qu’elle reçoit de Québec. Il note aussi la participation à 50% dans les frais du festival d’été que les deux localités organisent conjointement et qui offrent des activités de la Fête Nationale à la Fête du travail.

Gaétan Gravel rappelle être à la tête de Ville Saint-Gabriel depuis bientôt 14 ans. Il est arrivé avec cette idée-là, d’un éventuel regroupement. «On se dit qu’un jour, ça va être ça», rappelant avoir fait la dernière campagne électorale sur ce dossier.

À l’heure actuelle, la bibliothèque et les loisirs sont en commun.

Il évoque l’importance de réunir les forces pour mieux développer le secteur. Il signale que Saint-Félix-de-Valois, Lanoraie et Lavaltrie sont passées par là et en sont sorties gagnantes.

«Faire faire une étude de faisabilité va nous donner le portrait, va permettre d’informer les gens et s’informer», souligne-t-il.

«Ce qu’on veut c’est être informé et informer les gens. Au final, on verra. Ce sont les gens qui décideront», ajoute-t-il; parlant de l’importance que des spécialistes indépendants fournissent le portrait.

Il estime que Ville Saint-Gabriel et Saint-Gabriel-de-Brandon auraient avantage à se regrouper.

Il mentionne que beaucoup de gens se demandent pourquoi Ville Saint-Gabriel et Saint-Gabriel-de-Brandon ne forment pas une seule et même municipalité.

«On ne veut pas imposer des choses. On veut faire avancer un dossier qui nous apparaît important. On n’y va surtout pas d’une façon agressive car on sait que c’est très délicat», affirme-t-il.

Le ministère des Affaires municipales réalise gratuitement de telles études, suite à une demande conjointe des localités visées. Cet aspect est essentiel. Si une seule démontre de l’intérêt, rien ne se fait.

Cette assistance n’est pas conditionnelle à un engagement des parties à donner suite aux études.

«S’il n’y a pas d’étude, on pourra tenir une séance d’information ou deux avec un intervenant», termine M. Gravel.

Gravel Gaétan

©archives

Gaétan Gravel.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média