Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections fédérales 2019

Retour

08 octobre 2019

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Les candidats se prononcent

Enjeu local

bulletin

©archives - L'Action d'Autray

Ils donnent leur opinion.

Chaque semaine, L’Action D’Autray s’entretient avec les candidats de la circonscription de Berthier-Maskinongé concernant un enjeu local. Cette semaine, la question était : «Quels sont vos engagements pour la circonscription en matière d’environnement?»

Yves Perron, Bloc Québécois

«Nous proposons une péréquation verte. Le fardeau serait renversé. Les provinces et les territoires qui polluent le plus verseraient un montant d’argent à celles et ceux qui polluent le moins. On veut mettre de l’avant un projet de loi pour obliger le gouvernement à atteindre les cibles de lutte aux changements climatiques qu’il se fixe. On veut aussi que ce soit révisé à tous les quatre ans, soit aux environs d’une élection générale. L’environnement est la question de l’heure. On s’oppose au corridor énergétique que propose, entre autres, Andrew Scheer. Je dis entre autres puisqu’on ne connaît pas la position des autres partis, bien qu’ils n’abordent pas le sujet. On veut aussi la fin des subventions aux énergies fossiles promise depuis longtemps. Et on tient à des mesures supplémentaires pour l’électrification des transports. Également, on veut l’élimination des néonicotinoïdes, mais de façon intelligente, avec une période de transition et en proposant des alternatives.»

Luc Massé, Parti Populaire du Canada

«Notre priorité, c’est la gestion des cours d’eau. La gestion des pesticides en ferait partie puisque le surplus des pesticides se ramasse dans les fossés puis dans les rivières. On parle d’une gestion globale de l’eau qui ferait notamment en sorte que les villes ne puissent plus effectuer des déversements sporadiques d’eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent.

Nous, au Parti Populaire du Canada, ne croyons pas à l’urgence climatique. C’est notre mission de protéger l’eau car nous avons d’importantes réserves d’eau.

Bine sûr, s’il y a une crise ponctuelle, on va s’en occuper.»

Christine Poirier, Parti Libéral du Canada

«Au Parti Libéral du Canada, nous nous sommes engagés à planter 2 millions d’arbres. On veut aussi protéger 25% des terres et des océans d’ici 2025. On désire installer 5000 bornes de recharge pour les véhicules électriques à travers le pays, le long des routes nationales mais aussi dans les communautés rurales. Il est aussi question d’investir, en accordant un prêt de 40 000$ sans intérêt, pour que les gens puissent rénover leurs résidences afin de les rendre écoénergétiques.

Le Parti Libéral du Canada est celui qui, dans les quatre dernières années, a le plus investi en environnement parmi tous les gouvernements canadiens.

On désire aider les agriculteurs à faire face aux changements climatiques et aux inondations. C’est un aspect qui touche le comté de Berthier-Maskinongé. Il s’agit de mettre en place un nouveau programme d’assurance pour qu’ils puissent faire face aux catastrophes naturelles.»

Josée Bélanger, Parti Conservateur du Canada

«Il y a deux aspects. On propose un crédit d’impôt pour le transport en commun vert ainsi qu’un crédit d’impôt d’un maximum de 3800$ pour la rénovation verte des résidences.

Notre plan vert propose 55 mesures s’inscrivant dans trois axes : le développement des technologies vertes, un environnement naturel et plus vert, la lutte mondiale aux changements climatiques. On veut exporter nos technologies vertes afin d’aider les autres pays à disposer d’énergies plus vertes.

On veut également faire en sorte d’arrêter les déversements d’eaux usées dans les cours d’eau. On a retenu cet élément dans le cadre de la tournée «À l’écoute des Québécois» que nous avons effectuée. On veut aussi travailler pour les berges du lac Saint-Pierre. On veut rencontrer et soutenir les organismes travaillant pour le lac Saint-Pierre ainsi que ceux qui oeuvrent en environnement.

Et on veut aider les agriculteurs, et non les pénaliser, pour qu’ils cheminent vers un processus plus écologique.»

Ruth Ellen Brosseau, Nouveau Parti Démocratique

«Il faut freiner le réchauffement climatique. On propose d’annuler les subventions aux énergies fossiles immédiatement après notre élection. On veut investir dans la transition des sables bitumineux vers les énergies renouvelables et aider les travailleurs de ce secteur à se reconvertir dans d’autres domaines.

C’est non pour un nouveau pipeline. Je salue le travail des gens contre le pipeline Énergie Est. Je parle ici des gens des comités de vigilance hydrocarbure et de la MRC de D’Autray, en collaboration avec l’UPA. Je décrie l’hypocrisie des Libéraux qui, le lendemain d’avoir parlé du réchauffement climatique à la Chambre des Communes, engageaient le Canada dans l’achat du pipeline TransMountain.

Il faut tous ensemble freiner le réchauffement climatique.

Pour les pesticides, j’ai vu des apiculteurs pleurer en parlant de la mort de centaines de leurs abeilles en raison de l’usage des néonicotinoïdes dans leur région. Les producteurs font un travail extraordinaire. Il faut investir en agroenvironnement.»

Eric Laferrière, Parti Vert

M. Laferrière a décliné notre offre de questions hebdomadaires.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média