Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

23 novembre 2019

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Île Dupas prend position

Reconnaissance des nations autochtones

reconnaissance nations autochtone

©gracieuseté - L'Action d'Autray

Marie-Pier Aubuchon est en compagnie du chef Jean-Charles Piétacho. La photo a été prise l’an dernier.

Île Dupas est conséquente dans ses gestes. Après la participation de la mairesse Marie-Pier Aubuchon aux Sommets de la réconciliation entre les municipalités et les Premières Nations ainsi que les Inuits en 2018 et 2019, la municipalité a adopté (4 novembre) la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

Île Dupas juge qu’adopter cette Déclaration s’imposait par sa pertinence et son importance, bien que symbolique, dans la perspective de rétablir une relation égalitaire entre les peuples ainsi qu’entre les citoyens allochtones et autochtones.

Premier pas

Dans un communiqué, Mme Aubuchon mentionne que telle que recommandée par la commission de vérité et réconciliation du Canada, en 2015, la reconnaissance des droits des peuples autochtones statuée dans la Déclaration est primordiale pour entamer un processus visant à établir et à maintenir des relations respectueuses à tous les niveaux de la société canadienne.

«Bien que notre municipalité ne se trouve pas particulièrement à proximité des communautés autochtones, les plus proches étant Odanak à 50 kilomètres et Manawan à 200 kilomètres, le conseil estime qu’il est important de prendre position pour reconnaitre justement les droits des Premières Nations et des Inuits et d’inviter les autres municipalités de la MRC, de Lanaudière, du Québec et du Canada à faire de même», signale la mairesse.

Le conseil municipal d’Île Dupas espère, par ce geste, démontrer son ouverture aux citoyens autochtones des communautés de la région et à ceux qui aimeraient s’y établir, en plus de contribuer au long processus de guérison nécessaire à la suite des années de discrimination systémique, d’assimilation, de pillage et de génocide datant des régimes coloniaux.

«Bien qu’aucune réserve autochtone ne soit présente sur le territoire de notre municipalité, il est important que l’ensemble de la société québécoise prennent conscience du passé et pose des gestes pour l’avenir. Nous cohabitons sur un territoire qui est revendiqué par une ou plusieurs nations et il est donc important de leur montrer notre désir de créer des ponts dans le respect de nos cultures respectives», déclare Mme Aubuchon.

Selon le recensement canadien de 2016, il y aurait 8170 autochtones dans Lanaudière et 565 dans la MRC De D’Autray (principalement de nation atikamekw). (PB)

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média