Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

18 juin 2020

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Grève d’une journée de près de 150 services de garde CSN en milieu familial

Mobilisation devant le bureau de la députée-ministre Caroline Proulx

mobilisation RSG

©gracieuseté - L'Action d'Autray

Une activité de mobilisation a eu lieu devant le bureau de la députée-ministre Caroline Proulx.

Les responsables de service de garde (R.S.G.) en milieu familial affiliés à la CSN tiennent aujourd’hui (18 juin) une journée de grève à l’échelle nationale pour dénoncer un abandon du réseau par le gouvernement. Plus de 3000 services de garde CSN, dont près de 150 dans la région de Lanaudière, ferment leurs portes pour la journée et organisent différentes actions de mobilisation.

Réunies devant le bureau de la députée-ministre Caroline Proulx, à Lavaltrie, les travailleuses CSN de la région manifestent pour se faire entendre du gouvernement qui, en raison de ce que la CSN juge de l’intransigeance, alimente une négociation qui ne va nulle part, selon le syndicat.

Crise à venir

Les ressources en services de garde en milieu familial CSN de Lanaudière dénoncent ainsi une fermeture totale du gouvernement envers l’amélioration des conditions de travail des milliers de femmes qui composent le réseau et un exode des R.S.G.

«Là, il commence à être minuit moins une et on se demande ce qu’attend le gouvernement pour lancer un signal de soutien et de valorisation de notre travail. Les faits ne mentent pas: depuis le début de l’année, ce sont des centaines de services de garde au Québec qui ont fermé. Ici, dans la région, c’est assurément plus d’une quarantaine de ressources qui ont mis la clé dans la porte», explique Shany Leblanc, présidente du Syndicat des travailleuses de garde en milieu familial.

Elle maintient que le manque de vision du gouvernement est en train de générer une crise dans l’une des plus importantes infrastructures socioéconomiques du Québec.

En négociation depuis plus d’un an, les R.S.G.-CSN doivent maintenant composer avec des offres sous l’inflation projetée au cours des prochaines années. Une situation d’autant plus difficile que le contexte de la COVID-19 apporte de nouvelles exigences et des dépenses quotidiennes accrues que doivent assumer les R.S.G. pour maintenir un standard de qualité impeccable et des services sécuritaires.

Le réseau accueille normalement plus de 90 000 enfants au quotidien. C’est plusieurs centaines d’enfants dans la région de Lanaudière et cela constitue un service essentiel pour les parents partout dans la région et partout au Québec.

«Est-ce que le gouvernement pellette par en avant et attend de se retrouver avec une pénurie comme ça été le cas pour les préposés(ées) aux bénéficiaires en CHSLD? C’est toujours la même histoire: le milieu sonne l’alarme et ça prend des années avant que les choses changent. Je crois qu’on peut faire mieux dès maintenant, pour nous toutes, pour les enfants et pour les parents qui ont besoin de ce service. C’est aussi le message que l’on souhaite livrer aujourd’hui à la ministre Proulx», souligne Martine Rondeau, présidente Syndicat des travailleuses de garde en milieu familial Aux Portes du Matin-CSN.

«Le gouvernement parle de relancer le Québec sur toutes les tribunes. Alors, c’est évident que nous sommes étonnées que, du même coup, il laisse des miettes sur la table pour un réseau porté à bout de bras par des milliers de femmes. C’est un drôle de message, surtout que la pénurie de places s’accentue semaine après semaine», déclare Patricia Rivest, présidente du Conseil central de Lanaudière-CSN.

Elle estime qu’en refusant de soutenir adéquatement le réseau, le gouvernement va finir par placer les parents dans une situation intenable. Elle se demande où iront tous ces enfants. Mme Rivest affirme qu’il faut mettre en place les conditions gagnantes pour préserver les milieux de garde familiaux.

«Nos R.S.G. en font déjà assez. C’est au tour du gouvernement de faire preuve de vision», lance-t-elle.

Après la journée de mobilisation et de grève, les R.S.G.-CSN sont en négociation en soirée. Selon l’avancement des pourparlers, d’autres journées de grève pourraient être déclenchées. (PB)

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média