Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

13 août 2020

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Le Bloc Québécois exige une étude du bureau de la concurrence

Frais arbitraires imposés aux producteurs et aux transformateurs alimentaires

Perron Yves

©archives - L'Action d'Autray

Le député Yves Perron.

Porte-parole du Bloc Québécois en matière d’agriculture et d’agroalimentaire, Yves Perron (député de Berthier-Maskinongé) et son collègue Sébastien Lemire (porte-parole en matière de Développement économique) se portent à la défense des producteurs et des transformateurs alimentaires.

Ils réclament qu’une étude soit immédiatement entamée par le bureau de la concurrence concernant les frais et pénalités arbitraires imposés par les grands détaillants.

Argumentation

Ils font valoir qu’alors que les producteurs et les transformateurs d’aliments et de boissons doivent gérer les conséquences de la COVID-19, les grands détaillants en alimentation ont décidé d’imposer de nouveaux frais à leurs fournisseurs afin de partager la facture reliée à la rénovation des magasins ou à la construction de nouveaux centres de distribution à la fine pointe de la technologie.

«Il est facile pour les grandes chaînes de distribution de dire à un producteur ou bien tu acceptes les conditions que je t’impose ou bien je m’approvisionne chez le voisin. Les producteurs et les transformateurs n’ont pas ce pouvoir de négociation et voient du coup leurs marges de profit complètement annulées», affirme M. Perron.

Mal accueillie par l’industrie, cette décision a incité sept associations, représentant des milliers de membres du secteur agroalimentaire et de la production agricole, à unir leurs voix dans une déclaration commune demandant au gouvernement fédéral de mettre en œuvre un code de bonnes pratiques pour les grands détaillants en alimentation.

«La Grande-Bretagne a réussi à imposer un tel code. On doit s’en inspirer et demander une étude sur la distribution alimentaire au bureau de la concurrence dans le but de proposer à notre tour des conditions commerciales équitables entre les distributeurs, les producteurs et les consommateurs», met en lumière M. Lemire.

Rappelons qu’après deux années d’étude, le gouvernement britannique a intégré de nouvelles conditions d’approvisionnement dans la loi sur la concurrence, mettant ainsi fin à l’inégalité dans les rapports de négociation entre la grande distribution et les petits producteurs. (PB)

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média