Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élections fédérales 2021

Retour

04 septembre 2021

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Perron réclame un traitement équitable pour les aînés

Ceux ayant reçu de la PCU ainsi que tous ceux ayant 65 ans et plus

conférence de presse Yves Perron

©gracieuseté - L'Action d'Autray

Yves Perron a tenu une conférence de presse au parc Gérard-Lavallée à Lavaltrie.

Le député sortant et candidat dans Berthier-Maskinongé, Yves Perron, demande au gouvernement fédéral de rapidement corriger les iniquités touchant plusieurs aînés ayant reçu la prestation canadienne d’urgence (PCU) durant la crise de la COVID-19.

Plusieurs aînés qui ont reçu la PCU ont eu une mauvaise surprise en apprenant, en juillet dernier, que leur supplément de revenu garanti (SRG) allait être largement amputé ou même coupé jusqu’en juin 2022, et ce, sans aucune possibilité de réévaluer leur dossier.

Cafouillage

Souvent, il n’est pas question de quelques centaines de dollars annuellement. Il est question d’ainés qui doivent subir une perte de plusieurs milliers de dollars jusqu’en 2022.

Yves Perron dénonce ce nouveau cafouillage du gouvernement libéral sortant. Il réclame des correctifs rapidement.

«La PCU a été mise en place pour éviter que des personnes se retrouvent dans des situations économiques précaires au début de la crise de la COVID-19, et maintenant la mauvaise gestion du gouvernement place depuis juillet de nombreux aînés dans des situations économiques très difficiles. C’est inacceptable! Un aîné ne devrait pas se retrouver plus serré financièrement en juillet 2021 qu’avant la crise de la COVID-19 à cause de la mauvaise gestion libérale», tranche-t-il.

Le bureau du député Yves Perron a reçu un très grand nombre d’appels et de visites d’aînés qui avaient peine à comprendre pourquoi leur SRG était réduit ou complètement coupé à compter de juillet 2021.

Plusieurs aînés se retrouvent en situation financière précaire et face à beaucoup de technicalités pas toujours simples à comprendre, se désole Yves Perron. «Prenons l’exemple d’une personne âgée qui, de bonne foi, se croyait admissible à la PCU et en a fait la demande par erreur. Elle devra rembourser l’argent reçu et son SRG est coupé. Elle se retrouve avec un revenu fortement amputé et une dette importante à rembourser», dit-il.

M. Perron juge que, dans ce type de cas, puisque le montant reçu en PCU est une dette, et non un revenu, il ne devrait pas être pris en compte dans les revenus de l’année précédente, qui sert de base pour calculer la SRG. «C’est pourquoi nous demandons un traitement similaire à celui des prêts étudiants, qui ne sont pas considérés dans les revenus de ceux-ci», propose-t-il.

De plus, à son avis, il est impératif que le gouvernement canadien fasse preuve de beaucoup de souplesse dans la négociation des ententes pour les remboursements de PCU et qu’il tienne compte de la situation financière souvent déjà précaire des aînés impliqués.

Dans d’autres cas, des aînés qui reçoivent le SRG et continuent de travailler pour arriver à joindre les deux bouts ont perdu leur emploi au début de la crise de la COVID-19. Ils ont demandé la PCU et y avaient droit mais ils voient maintenant leur montant de SRG fortement diminué et, dans certains cas, complètement coupé. «Ce n’est pas une façon de traiter ceux qui ont bâti notre société», s’insurge Yves Perron. Il est d’avis que le SRG doit être recalculé sur la base du revenu réel de l’année en cours.

Par ailleurs, M. Perron rappelle que le Bloc Québécois continue de dénoncer les mesures annoncées dans la dernière année par le gouvernement libéral sortant qui créent deux catégories d’aînés: les 75 ans et plus qui reçoivent davantage d’aide financière du gouvernement et les 65 à 74 ans qui sont traités comme des aînés de seconde classe qui méritent moins d’aide de l’État.

Le Bloc Québécois réclame un traitement équitable pour l’ensemble des personnes âgées de plus de 65 ans. Depuis février, il continue de réclamer une augmentation de 110$ par mois de la pension de vieillesse pour les 65 ans et plus.

Yves Perron invite les gens de Berthier-Maskinongé à consulter la plateforme électorale du Bloc Québécois pour voir toutes les propositions faites par sa formation pour les aînés et l’ensemble de la société québécoise.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média