Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

30 novembre 2021

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

La situation s’améliore dans la MRC de D’Autray

Impact des ouvrages d’assainissement des eaux sur l’environnement

usine de traitement des eaux usées

©Pierre Bellemare - L'Action d'Autray

L'usine de traitement des eaux usées de Ville Saint-Gabriel.

Ville Saint-Gabriel, Lavaltrie, Lanoraie et Sainte-Élisabeth améliorent leur bilan en regard du déversement d’eaux usées provoqué lors d’une surverse à leurs installations d’assainissement des eaux. Selon l’étude effectué à travers le Québec par la Fondation Rivières, leur note de 2020 est meilleure que celle de 2019 (intensité par habitant).

Seule Saint-Barthélemy présente un pointage un peu plus élevé. Mais la différence est légère. Quant à Berthierville, aucune note ne lui est accordée puisque l’organisme ne dispose pas des données (nombre de jours de déversement, etc.) et ne peut déterminer le niveau d’intensité et, du même coup, établir l’intensité par habitant (norme permettant de comparer les municipalités entre elles, peu importe leur population).

Portrait

La Fondation Rivières, un organisme sans but lucratif, rend public pour une deuxième année cet outil permettant de découvrir la liste des municipalités qui se démarquent quant à leurs déversements d’eaux usées en 2020. Près de 700 municipalités sont répertoriées.

Un déversement peut notamment survenir lors d’une surverse provoquée par une importante quantité d’eau que l’usine d’assainissement doit traiter. Elle ne peut suffire à la tâche et un déversement survient.

Dans la MRC de D’Autray, la plus importante amélioration est notée à Lavaltrie. Elle est passée d’une note de 34,6 (intensité par habitant) en 2019 à un pointage de 6,9 l’an dernier.

«L’environnement nous tient excessivement à cœur», signale le maire Christian Goulet en expliquant que des actions ont été prises pour améliorer la situation. Il parle notamment du gainage du réseau sanitaire en bordure du fleuve (éviter que des eaux parasitaires s’infiltrent) et d’amélioration à la station de pompage principale. On s’est aussi assuré d’une meilleure surveillance du réseau d’égout sanitaire. Il souligne également que la situation climatique a joué puisqu’il y a eu moins de pluie en 2020.

Ville Saint-Gabriel et Lanoraie ont pour leur part obtenu un résultat coupé de moitié. Il s’agit de 21,8 (2020) comparativement à 43,7 dans la première localité et de 4,5 comparativement à 8,4 dans la deuxième.

«Je suis content d’apprendre ça», déclare Gaétan Gravel, le maire gabriellois. Il souligne qu’il y avait souvent des débordements provoqués par des fuites sur le réseau d’aqueduc mais que des travaux d’amélioration sur plus de deux kilomètres de conduites permettent maintenant de les éviter. Il signale que sa ville travaille très fort, qu’elle a une bonne écoute des différents ministères.

La météo explique l’amélioration à Lanoraie, suivant ce que mentionne le maire André Villeneuve. La fonte de la neige s’est étirée dans le temps en 2019 alors que ce fut rapide (environ une semaine) l’an dernier. «Nous avons des défis», signale-t-il, parlant des eaux de surface qui s’infiltre dans le réseau. «On va travailler à faire des correctifs», déclare-t-il.

Sainte-Élisabeth est passée d’une note de 1,2 à 1,0. Le maire Louis Bérard mentionne que des travaux d’entretien ont été réalisés au système de pompes des installations. «Je suis très heureux que notre note s’améliore», dit-il.

Quant à Saint-Barthélemy, le résultat a été de 0,4 l’an dernier, comparativement à 0,0 en 2019. Le maire Robert Sylvestre attribue lui aussi la situation à la météo. L’an dernier, la fonte des neiges explique les déversements des 30 mars et 15 avril tandis que de fortes pluies explique celui du 5 août. Il maintient qu’il n’y a pas eu de débordement en 2019.

«On peut s’attendre dans l’avenir à ce qu’il y ait plus de débordements importants», laisse quant à lui savoir Gabriel Cliche, chargé de projet en qualité de l’eau à la Fondation Rivières. Les changements climatiques feront en sorte qu’il y aura moins d’épisodes de pluie mais ils seront d’une intensité plus forte.

traitement des eaux usées

©Pierre Bellemare - L'Action d'Autray

Les installations de traitement des eaux usées à Saint-Barthélemy, une municipalité de 2030 habitants (population de 2020).

Commentaires

1 décembre 2021

Normand Lemieux

Des firmes spécialisées, comme Avizo Experts-Conseils, peuvent aider les municipalités à diagnostiquer et résoudre les problèmes d’infiltration des eaux de surface, le captage des eaux provenant de la nappe phréatique et les problèmes de raccordement inversé. Ce qui à terme, pourrait améliorer la performance des usines d’épurations et réduire le nombre et l’intensité des surverses.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média