Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Économique

Retour

18 juin 2019

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Des grillons élevés et transformés à Lavaltrie

Création d’une entreprise novatrice

Charlot Anne-Pierre

©Pierre Bellemare - L'Action d'Autray

Anne-Pierre Charlot est la propriétaire de «Les Grillonettes».

AFFAIRES. L’avenir en matière d’alimentation prend place à Lavaltrie. On y élève et transforme des grillons; un insecte qui fournit beaucoup de protéines, sans pollution. Tout est utilisé.

Anne-Pierre Charlot, une biologiste ayant fait le choix de faire un pas de côté dans son emploi (elle travaillait environ 80 heures par semaine) en recherche contre le cancer pour élever une famille, est la fondatrice de «Les Grillonettes». Installée au sous-sol de la résidence familiale, la compagnie est sur le point de déménager dans les anciens locaux de la Ferme Apréo.

Valeur nutritive

Les saines habitudes de vie est ce qui sous-tend la démarche de Mme Charlot. Elle est végétarienne. C’est une ultra-marathonienne. Elle est propriétaire du gymnase «Bougez 100 limite» qu’elle a créé il y a deux ans à Lavaltrie.

Comme il peut être complexe de marier ces éléments sans avoir des carences alimentaires, elle s’est tournée vers les produits du grillon. «Le grillon vient combler tous mes besoins», explique-t-elle.

Sa famille a adopté son mode vie. Elle n’a rien forcé. Son conjoint et ses enfants mangent moins de viande.

Les mois ont passé et, à un certain moment, elle s’est dit «Pourquoi pas moi?». C’est-à-dire, puisqu’elle connait bien le domaine et qu’elle en est une adepte, pourquoi elle ne se lancerait pas dans l’élevage et la transformation de grillons.

Avec le ténébrion (ver de farine) et la mouche soldat noir, c’est l’un des trois insectes comestibles. 

Elle s’est procuré 100 grillons et a débuté son élevage au mois d’octobre dernier. Étant donné la capacité de reproduction de l’insecte, elle en possède actuellement environ un million.

Sexuellement mature dans ses deux dernières semaines de vie, la femelle pond 200 œufs.

Un grillon vit entre 10 et 12 semaines.

Un grillon n’a quasiment pas besoin d’eau. Il mange peu. Il s’alimente de céréales, de fruits et de légumes. Produire une livre de grillons est 99 fois moins polluant que ce qu’il faut pour produire la même quantité de bœuf.

Tout est utilisable chez cet insecte qui mue sept fois dans son cycle de vie. Son exosquelette et ses déjections peuvent être utilisés pour faire du compost qui peut être vendu aux agriculteurs.

Son élevage est ainsi écologique.

Au plan nutritionnel, pour une quantité équivalente consommable, un grillon fournit 1,8 fois plus de protéines que le bœuf, 1,6 fois plus de calories que le lait, deux fois plus de fer que des épinards et huit fois plus de vitamine B-12 que le saumon. Tout cela sans gras trans.

La protéine du grillon est la seule d’origine animale qui contient des fibres (5% de fibres dans 100 grammes).

Élevés par «Les Grillonettes», les grillons sont transformés en poudre. Le public, les transformateurs, les restaurateurs, les éleveurs d’animaux et les magasins en vrac sont les clients de l’entreprise qui aura bientôt son portail Internet.

«On n’est pas assez. On a plus de demande que ce qu’on peut produire. Le marché explose. C’est le marché de l’avenir», affirme Mme Charlot. «On est des pionniers. On défriche le terrain. On est des laboratoires vivants», mentionne-t-elle aussi.

Le Québec compte une autre entreprise bien établie. Elle prend place dans le Bas Saint-Laurent.

Une quarantaine d’autres sont en phase de démarrage. Dans ce dernier cas, on parle de tout insecte confondu car, réitérons-le, outre le grillon, le ténébrion (ver de farine) et la mouche soldat noir sont comestibles.

grillons élevage boîtes

©Pierre Bellemare - L'Action d'Autray

Les grillons sont élevés dans ces boîtes qui contiennent tout ce dont ils ont besoin. L’élevage est sur le point de déménager dans les anciens locaux de la Ferme Apréo.

travaux

©gracieuseté - L'Action d'Autray

Les travaux d’aménagement sont débutés à la Ferme Apréo.

Commentaires

18 juin 2019

Lauraine Martel

Est-ce que vous avez suffisamment de pieds carrés pour votre production, désirez-vous agrandir votre production par le fait même augmenter vos pieds carrés. Ou on peut goûter vos produits, l'adresse, les heures/jours de visites

12 juillet 2019

Journal l'Action d'Autray

Pour répondre à votre commentaire madame Martel, nous vous invitons à contacter en message privé la propriétaire via sa page Facebook Les Grillonettes.

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média