Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

01 août 2019

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Deux bonnes nouvelles pour la sauvegarde du monastère

De l’argent et du mobilier

trône monastère

©gracieuseté - L'Action d'Autray

Ce trône sculpté a été brodé par une novice huronne vers 1924 ou 1925.

CULTURE. Les bonnes nouvelles s’additionnent pour le comité citoyen pour la sauvegarde du monastère des Moniales Dominicaines de Berthierville. Deux citoyens viennent de prendre des engagements formels.

Une somme d’argent est notamment mentionnée. L’identité des deux donateurs n’est pas dévoilée.

Éléments

Dans le premier cas, on mentionne qu’un résidant de Lanaudière a pris l’engagement formel et irrévocable de verser la somme de 50 000$ dans la mesure où un organisme sans but lucratif dûment incorporé et reconnu comme œuvre de bienfaisance réussirait à sauvegarder et à revaloriser le monastère.

Dans un deuxième temps, un autre résidant de Berthierville a accepté de donner, à ce même éventuel organisme, le trône sculpté à la demande de Claire Tranchemontagne-Pelland; trône servant aux autorités religieuses, soit l’évêque de Joliette et l’archevêque de Montréal.

Mme Tranchemontagne-Pelland a offert sa résidence, qu’elle occupait avec son fils unique à Berthierville, aux six Moniales Dominicaines venant de Prouilh, en France, et débarquées au Canada en 1925.

Ce trône sculpté a été brodé par une novice huronne vers 1924 ou 1925. Une partie de ce trône est perlé de la façon dont les autochtones le faisaient à l’époque.

 Le dossier chemine. (PB)

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média