Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

04 octobre 2019

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

L’église de Berthier sur la corde raide

Mise en place d’une activité de financement

vente symbolique de bancs

©Pierre Bellemare - L'Action d'Autray

Comme l’indique Rolland Fréchette et le curé Daniel Roy, une plaquette indiquant le nom de l’acquéreur symbolique sera appliquée sur le banc choisi.

Touchant d’autres paroisses du diocèse, les difficultés financières rejoignent maintenant l’église de Berthier. Une vente symbolique de bancs s’y amorce afin de récolter la somme nécessaire pour lui libérer une marge de manœuvre. On veut éviter qu’elle soit fermée durant les trois premiers mois de l’an prochain en raison du coût du chauffage et de l’électricité.

Il est possible de contribuer en utilisant le dépliant inclus au feuillet paroissial. Un coup de fil au presbytère (450 836-3758) peut aussi être fait. Une plaquette portant le nom de la personne ou de l’entreprise sera apposée sur le banc acquis symboliquement. Différents prix sont possibles, suivant l’endroit où le banc est situé. Un reçu pour fins d’impôt sera fourni.

Réagir

«Il ne s’agit pas d’être alarmiste mais réaliste car c’est l’état de la situation. C’est à nous de réagir pour garder notre patrimoine, notre lieu de culte en bonne condition et y avoir accès 12 mois par année», a évoqué Rolland Fréchette, président de l’Assemblée de la paroisse Saint-Laurent qui regroupe les communautés de Berthier, Saint-Ignace-de-Loyola et Île Dupas.

Dans le cas présent, seule l’église de Berthier est concernée.

«Comme vous le savez si bien, l’état de nos églises n’est pas des plus roses car nos revenus baissent considérablement d’une année à l’autre et, pour la communauté Sainte-Geneviève depuis 2012, nous sommes en déficit. Heureusement que nous avions des placements mais, comme dit le dicton, toute bonne chose a une fin», a précisé M. Fréchette.

La dîme, l’an dernier, a rapporté 30 992$. Moins de funérailles que par le passé ont été célébrées à l’église, ce qui provoque une double perte (montant de la funérailles, quête à cette occasion). Pour ce qui est des messes dominicales, elles rapportent en moyenne 600$ par semaine.

En contrepartie, l’an dernier, le chauffage et l’électricité ont coûté 17 424$ tandis que les assurances ont provoqué une dépense de 17 148$. À cela, il faut ajouter 16 366$ en entretien et réparation et 4900$ pour le «Prions en église». Cela sans oublier les salaires et la taxe diocésaine qu’il faut envoyer mensuellement à l’Évêché.

Par ailleurs, pour janvier et février derniers, la facture de chauffage et d’électricité s’est chiffrée à 10 602$.

«Je viens de vous énumérer quelques exemples de revenus et de dépenses. Vous avez compris qu’à court terme le conseil d’administration sera dans l’obligation de prendre des décisions difficiles et nous regardons la possibilité de fermer l’église pour les mois de janvier, février et mars 2020 car nous n’avons plus les moyens», a maintenu M. Fréchette.

«Il faut aller chercher le coussin qui manque», a signalé Claudine Lambert, trésorière de l’Assemblée de la paroisse Saint-Laurent. «C’est une façon d’immortaliser les familles», a-t-elle ajouté au sujet de la vente symbolique de bancs.

Ce type d’activité de financement a déjà eu lieu ailleurs. Dont pour la cathédrale de Joliette.

«Les coupures ne suffisent pas. Il faut aussi augmenter la colonne des revenus», a déclaré l’abbé Claude Sauvageau, ex-curé de Berthier et résident de Berthierville. Il y croit profondément. C’est quelque chose d’affectif pour lui. «C’est cher à mon cœur», a-t-il déclaré.

Le curé Daniel Roy a mentionné que cette activité de financement est susceptible de réunir la communauté, de créer une unité.

Aucun objectif n’a été fixé pour l’activité de financement

vente symbolique de bancs comité

©Pierre Bellemare - L'Action d'Autray

L’abbé Claude Sauvageau, Rolland Fréchette, Claudine Lambert et le curé Daniel Roy ont rencontré les journalistes.

Commentaires

4 octobre 2019

gilles pelletier

le $ 50000 de MADAME gauvin j ose espérer que vous continuez les procédures pour un remboursement .il est la votre manque a gagné ( un vol reste un vol)

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média