Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

15 avril 2020

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Le Bloc Québécois juge qu’Ottawa se décharge de ses responsabilités

Travailleurs agricoles étrangers temporaires

Perron Yves

©gracieuseté - L'Action d'Autray

Député de Berthier-Maskinongé, Yves Perron est le porte-parole du Bloc Québécois en matière d’agriculture, d’agroalimentaire et de gestion de l’offre.

Le Bloc Québécois considère que les mesures annoncées par le gouvernement fédéral pour l’accueil sanitaire des travailleurs agricoles étrangers temporaires sont insuffisantes.

Selon le chef Yves-François Blanchet et les députés Yves Perron (Berthier-Maskinongé et porte-parole en matière d’agriculture) et Christine Normandin (Saint-Jean et porte-parole en Immigration), il est inacceptable qu’Ottawa se décharge de ses responsabilités sur le dos des producteurs agricoles et des entreprises qui n’ont ni l’expertise ni les ressources pour y arriver.

Point de vue

À la suite de nombreux échanges entre ses porte-parole et le gouvernement, le Bloc Québécois affirme que la situation est pire encore que ce à quoi il a demandé des correctifs à la Chambre des Communes, le samedi 11 avril.

Aucune quarantaine ni aucun test de dépistage de la COVID-19 ne sont réalisés avant le départ du pays d’origine et aucun test de dépistage de la COVID-19 n’est réalisé pour le Canada à l’arrivée.

Les producteurs agricoles se retrouvent responsables de la mise en quarantaine des travailleurs pendant 14 jours. Il n’y a ni formation, ni validation, ni même un formulaire pour assurer la connaissance et le respect des protocoles de santé et sécurité. Aucune inspection des lieux prévus de quarantaine n’est effectuée avant que les travailleurs n’y soient confinés.

«La santé publique n’est pas une expertise des producteurs agricoles. Il est injuste et irresponsable de leur infliger une telle charge, même avec une participation financière de dernière minute et, surtout, sous la menace de lourdes amendes. La santé publique est la responsabilité du gouvernement», dénonce Yves Perron.

Pour sa part, Christine Normandin souligne que, encore une fois, le Bloc Québécois doit faire réaliser au gouvernement que sa gestion des entrées est déficiente.

«Le gouvernement ne fait même pas de suivi au sujet des 167 travailleurs mexicains arrivés samedi. Même lorsqu’on l’avise des risques pour la santé des travailleurs comme des producteurs et des communautés rurales du Québec, tout ce que le ministre offre, ce sont des chèques sans aucune formation ni encadrement», déclare-t-elle.

Yves-François Blanchet demande au gouvernement de resserrer ses mesures. «Ces milliers de travailleurs sont les bienvenus au Québec. Nos producteurs en ont absolument besoin. Pour éviter l’apparition de foyers de propagation, il faut en amont prendre des mesures appropriées», dit-il.

Il souligne qu’une quarantaine et des tests systématiques de dépistage de la COVID-19 sont à la fois le minimum acceptable et le maximum possible dans l’état actuel des connaissances médicales.

«Lorsque des cas seront déclarés, il faudra au moins que le gouvernement ait pris toutes ses responsabilités. S’il ne procède pas ainsi et refuse d’entendre raison, le gouvernement en assumera seul la responsabilité et devra rapidement en rendre compte au Parlement», termine M. Blanchet. (PB)

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média