Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

15 septembre 2020

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Le comité de sauvegarde du monastère mise aussi sur le volet santé

Dossier à Berthierville

Sylvestre Louis-Victor

©archives - L'Action d'Autray

Me Louis-Victor Sylvestre est président du comité citoyen pour la sauvegarde du monastère.

La mise en place de ressources d’hébergement pour des personnes retraitées, de même que la disponibilité de médecins pour Berthierville et les localités environnantes, est une avenue qui est maintenant explorée dans le dossier de l’ex-monastère des Moniales Dominicaines à Berthierville. Le comité de sauvegarde de l’immeuble et du site met ce dossier sur la table.

Il juge que ce projet aura un meilleur impact, en matière d’investissement et de création d’emplois, que celui du développement résidentiel du promoteur berthelais André Saint-Martin.

Argumentaire

«Dans l’hypothèse où le projet résidentiel prendrait place, après la construction, il n’en découlerait la création d’aucun emploi permanent, valorisant, bien rémunéré et pérenne», mentionne-t-on dans un document que l’avocat berthelais Louis-Victor Sylvestre a transmis aux médias. Il est le président du comité citoyen pour la sauvegarde du monastère.

En contrepartie, suivant ce qu’il précise, un projet de ressources intermédiaires représenterait la création d’une trentaine d’emplois désormais rémunérés à environ 50 000$ par année. «Ce pourrait donc être une masse salariale de l’ordre de plus de 1 500 000$, pour des salariés travaillant à Berthierville. Il s’agit donc d’un stimulant économique significatif», est-il indiqué.

Me Sylvestre mentionne cet aspect après avoir maintenu que le bassin de Berthierville est actuellement en déficit de 80 unités de ressources intermédiaires. Il ajoute que compte tenu du vieillissement de la population du secteur (Berthierville, Sainte-Geneviève-de-Berthier, Île Dupas, Saint-Ignace-de-Loyola, Saint-Cuthbert, Saint-Norbert, Saint-Barthélemy, Lanoraie), le besoin est criant.

«Or, le gouvernement du Québec, suite à la pandémie de la COVID-19, sera contraint d’ériger des bâtiments comportant des unités de ressources intermédiaires aptes à répondre aux besoins sanitaires et hygiéniques pour contrer la pandémie et accommoder la population», maintient-il.

Une centaine d’unités de ressources intermédiaires pourrait être érigée sur le site du monastère. Il s’agirait d’un projet privé et public (gouvernements de Québec et d’Ottawa). L’appui de Berthierville est souhaité.

Me Sylvestre précise que cela représenterait une valeur taxable oscillant entre 15 et 20 millions $. «Valeur à laquelle s’ajouterait, évidemment, le monastère, une fois mis à niveau, soit approximativement, une valeur de 2 à 3 millions de dollars supplémentaires», continue-t-il.

Pour ce qui est des médecins, Me Sylvestre, au nom du comité de sauvegarde, propose la construction d’une clinique multifonctionnelle pouvant accueillir cinq ou six médecins et autres professionnels de la santé. Ce volet pourrait s’adjoindre à celui des ressources intermédiaires. «Un tel établissement moderne nous permettrait, possiblement, d’attirer de jeunes médecins, les rendant plus proches de la clientèle et, de ce fait, plus accessibles», mentionne-t-on dans le document. Il s’agirait d’un investissement avoisinant 2 millions $.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média