Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

14 octobre 2020

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Un personnage marquant de Sainte-Élisabeth fête ses 100 ans

Multiples engagements

Ferland Mathias

©gracieuseté - L'Action d'Autray

Mathias Ferland.

Secrétaire-trésorier (ce poste s’appelle aujourd’hui directeur général) de Sainte-Élisabeth durant plus de 25 ans puis directeur général de la Caisse populaire de l’endroit durant plus de 20 ans, en plus de s’être impliqué fortement au plan social et communautaire, Mathias Ferland vient de franchir le cap des 100 ans.

Son travail et ses engagements bénévoles lui ont permis de rencontrer pratiquement tout le monde de Sainte-Élisabeth et d’être solidaire au sein de différents autres mouvements de la communauté.

Éloquence

Mathias Ferland est fils d’agriculteur. Cela l’a amené à devenir, plus tard, un «gentleman farmer» au volant de son rotoculteur, passionné pour son jardin et le travail de la terre.

Neuf enfants sont nés de son union avec Thérèse Harnois. «Au début, on était pauvre avec 5$ dans les poches, mais on s’aimait. On était heureux et chaque enfant nous apportait un nouveau bonheur, malgré les grandes épreuves que nous avons traversées», dit-il.

Sa famille, avec son mélange de joie et de deuils (cinq des neuf enfants sont déjà décédés), a toujours été ce qu’il a eu de plus précieux dans sa vie.

Outre son travail à la municipalité et à la Caisse populaire Desjardins locale, il a été membre du conseil de la Fabrique et de la chorale (il en a été le maître-chantre) et a présidé le conseil d’administration du centre d’accueil de l’époque ainsi que le club de l’Âge d’Or (17 ans). Il s’est impliqué régionalement au Mouvement Desjardins et a présidé durant 10 ans le conseil régional de la FADOQ. Au niveau provincial, il a été trésorier de ce dernier organisme.

Il a contribué à la fondation du club local de pétanque et a œuvré au club Optimiste.

«Ma paroisse me tenait à cœur. J’étais fier d’y apporter ma contribution. J’aimais le public et je me sentais très apprécié», affirme-t-il au sujet de tous ses engagements.

Un jour, sa vie s’est mise à basculer. Les pertes se sont multipliées: la perte de son permis de conduire en raison de la dégénérescence maculaire qui lui a fait perdre sa vue progressivement, le décès de son épouse, son départ de Sainte-Élisabeth, la perte de sa capacité auditive, la diminution de ses capacités musculaires et le décès d’un grand nombre de membres de sa parenté et de son réseau d’amis(es) et de connaissances.

«C’est comme si j’avais une terre à bois et, qu’un beau matin, je me lève et presque tous les arbres sont à terre. Je me suis vraiment senti isolé, en plus de la perte de mes capacités», partage-t-il.

Après une période plus sombre, en homme résilient et déterminé qu’il est, il a vécu plusieurs rebondissements qui l’ont stimulé. En outre, l’auto qui a été remplacée par le vélo, la famille élargie qu’il a continué de rassembler régulièrement jusqu’à l’arrivée de la COVID-19 et l’acceptation de sa condition avec les différentes pertes d’autonomie rencontrées.

Habitué d’être dévoué pour sa famille et sa communauté, il a dû apprendre à se dévouer pour lui-même et prendre soin de lui. C’est son apprentissage de dernière heure.

Ces différentes épreuves l’ont amené à porter un tout autre regard sur la vie qui se déroule à chaque instant du moment présent. Il souhaite aux jeunes et à l’ensemble des gens de vivre pleinement au jour le jour.

Terminons en mentionnant que M. Ferland a vécu d’une pandémie à l’autre. Il est en effet né en 1920, à la fin de la pandémie de la grippe espagnole, et il se retrouve, 100 ans plus tard, au coeur de la pandémie de la COVID-19.

Commentaires

17 octobre 2020

Denis Clermont

Votre grand parcours dans la vie est une. grande inspirattion pour chaqun de nous

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média