Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

23 novembre 2020

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

L’abbé Claude Sauvageau se raconte dans un nouveau volume

Cinquantième de vie sacerdotale

Sauvageau Claude

©Pierre Bellemare - L'Action d'Autray

L’abbé Claude Sauvageau publie «Mes noces d’or sous forme de mémoires».

L’écriture, la deuxième passion de l’abbé Claude Sauvageau, après la prêtrise, lui sert de véhicule pour bien marquer ses 50 ans de vie sacerdotale. Il publie un volume dans lequel il relate les grandes étapes, dont les joies et les peines, de son travail comme messager de Dieu.

Le livre sera offert aux personnes présentes à la messe de 11 heures du dimanche 6 décembre, en l’église de Berthier. Célébrée par Mgr. Louis Corriveau (évêque du diocèse de Joliette), elle soulignera l’anniversaire important de l’abbé Sauvageau puisque c’est le même jour qu’il a été ordonné, il y a 50 ans. Le volume sera ensuite en vente dans des commerces de la région.

Enrichissant

Divisé en cinq chapitres, il s’intitule «Mes noces d’or sous forme de mémoires». Il est abondamment illustré. C’est le onzième livre de l’abbé Sauvageau. Le premier l’a été en 2010.

Un volet traite de ses quarante premières années comme prêtre. L’abbé Sauvageau signale avoir vécu durant cette période une vie relativement régulière. Il a exercé son ministère dans différentes paroisses. «J’ai essayé d’aider le plus Dieu et l’Église», dit-il.

La fin de son mandat à Berthierville, en 2009 (41e année de sa vie de prêtre), en raison d’une décision de l’autorité diocésaine, fut un grand deuil pour lui. Il en parle dans le chapitre consacré à ses peines. Il explique qu’après 12 ans, il a dû partir dans des circonstances difficiles. Il a vécu cela comme un deuil, une séparation de ses amours.

«Ce fut très douloureux. J’avais essayé de faire mon possible et qu’on m’indique la porte de sortie, cela a été une grosse cassure dans ma vie. J’ai l’impression d’avoir été victime d’un petit groupe qui a eu l’oreille de mes supérieurs», affirme-t-il.

Reste qu’il s’est senti toujours apprécié et aimé par l’ensemble de la population.

Le livre lui permet de jeter un peu d’éclairage sur cet épisode. Mais il est loin de vouloir régler des comptes.

Devant rien après Berthierville, il a vécu une année sabbatique au centre Villa Manrèse, un établissement que dirigent les Jésuites à Québec. Ces 12 mois lui ont permis de se refaire spirituellement et moralement. «Je me suis senti comme un veuf qui a perdu son épouse. Cela m’a permis de me refaire», déclare-t-il.

Aujourd’hui, l’abbé Sauvageau n’est plus à temps plein dans une paroisse. Il est prêtre-collaborateur dans des paroisses de la Matawinie.

Il est aussi accompagnateur spirituel. Il a animé des retraites à Cacouna ainsi qu’au Centre L’Alliance à Trois-Rivières. Il s’est senti à sa place. «C’est comme si j’avais refait ma vie avec ces groupes-là», évoque-t-il.

L’autorité diocésaine lui a aussi confié l’accompagnement d’un groupe «La vie montante». C’est un groupe d’ainés faisant une démarche spirituelle à leur âge qui est en même temps son âge. «Cela m’a permis d’assumer mon âge», mentionne l’abbé Sauvageau. L’horloge du temps indique 76, dans son cas

Le livre constitue un regard en arrière qui prend la forme d’un tremplin vers l’avenir.

«Aujourd’hui, après toutes ces étapes-là, je suis globalement heureux», maintient-il.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média