Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Culture

Retour

01 août 2022

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Un vernissage au pluriel à la chapelle des Cuthbert

Deux expositions

yourte

©gracieuseté - L'Action d'Autray

L’événement «Devenir chez-vous» est orchestré par Iphigénie Marcoux-Fortier.

La chapelle des Cuthbert demeure effervescente à Berthierville. Un vernissage y marque l’amorce de l’exposition «Les somnambules» de Claudia Bernal et des activités de pollinisation «Devenir chez-nous» de la Norbertoise Iphigénie Marcoux-Fortier.

Le rendez-vous s’effectue le vendredi 5 août lors d’une activité «5 à 7». Le premier événement s’y déroule jusqu’au 4 septembre. Le deuxième doit retenir l’attention jusqu’au 25 septembre.

Contenu

Artiste et chercheuse, Claudia Bernal présente un projet qui se situe à la croisée des arts visuels, du théâtre performatif et de la littérature. Dans ses œuvres, les concepts de mouvement, de migration, d’espace et d’identité sont récurrents.

Publicité

Défiler pour continuer

L’exposition traite des thèmes de l’oubli et de l’effacement grâce à la création d’un espace surréaliste qui évoque les souvenirs de l’enfance et la sensation d’être entre rêve et réalité.

«Pour la réalisation de cette installation, j’ai transformé trois portraits à l’aide d’un logiciel. Cette multiple superposition brouille et transforme en même temps les visages. Mon intention est de créer des images qui évoquent les souvenirs, l’oubli, l’effacement», mentionne l’artiste.

«Devenir chez-nous» invite à une vaste réflexion collective à propos de la pluralité de nos chez-nous, prenant forme au fil des processus sensibles de cocréation documentaire. L’invitation ouverte à «Devenir chez-nous», lancée par l’artiste documentaire et pollinisatrice sociale Iphigénie Marcoux-Fortier, a, à ce jour, été honorée par plus d’une trentaine de femmes de divers horizons reliés au territoire lanaudois et au Nitaskinan.

Actes de parole, actes d’écoute, ce n’est pas moins d’une trentaine de micro-histoires qui seront partagées, invitant à parcourir le territoire. Celles-ci racontent, évoquant les liens qui unissent dans la différence et dans le mouvement, tout en en tissant de nouveaux.

Plusieurs de ces cocréatrices seront présentes au lancement lors duquel sera dévoilé l’espace de pollinisation ainsi que les six premières micro-histoires du projet.

Les micro-histoires de «Devenir chez-nous» racontent nos savoirs, nos sagesses, nos souvenirs, nos joies et nos peines, nos peurs, nos cultures, nos fantasmes et nos fantômes, s’ancrant dans les paysages changeant où nos corps se dissolvent.

«Les activités de pollinisation de «Devenir chez-nous» s’étaleront, pour commencer, du mois d’août 2022 au mois de septembre 2023», explique Mme Marcoux-Fortier. De saison en saison, de lieu en lieu, une trentaine de micro-histoires de «Devenir chez-nous» seront partagées avec les publics, invités à parcourir le territoire, entre fleuve et montagnes.

De nombreux partenaires de diffusion s’allient afin de rendre possible cette manifestation artistique protéiforme qui se déclinera en une série d’expositions, de projections-rencontres, d’activités de médiation culturelle et de résidences artistiques de cocréation.

Deux événements à surveiller à la chapelle des Cuthbert.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média