Carrières dans votre région Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Affaires

Retour

22 novembre 2023

Jason Joly - jjoly@medialo.ca

Une boite à outils pour une compréhension commune de l’économie sociale

Mémento lanaudois de l’entrepreneuriat

Mémento économie sociale

©Jason Joly - L'Action d'Autray

Evan Murray; Carine Perron; Rachel Delorme, agente de soutien à l’entrepreneuriat collectif; Marie-France Roy; Pascale Lapointe-Manseau; Yan Lavoie et Marco Boudreault.

Dans le cadre du Mois de l’économie sociale, l'équipe d’Économie sociale Lanaudière a procédé, le 2 novembre dernier, au lancement officiel de son Mémento lanaudois de l’entrepreneuriat collectif. Ainsi, les entreprises lanaudoises pourront tout connaitre de l’économie sociale et de ses critères au sein d’un même document disponible sur le site web de l’organisation.

Que ce soit la définition de l’économie sociale, les ressources financières accessibles ou encore un bottin exposant les entreprises d’économie sociale de la région, toutes les informations nécessaires sont contenues dans le Mémento. La directrice générale d’Économie sociale Lanaudière, Marie-France Roy, a expliqué que, selon des statistiques datées de 2017, ce type d’économie rapporte 310 M$ par année dans Lanaudière seulement. Près de 400 entreprises œuvrant dans divers secteurs existent et contribuent à la création de 7300 emplois. Mme Roy précise toutefois que ces données, qui datent de plusieurs années, ont certainement augmenté.

Des alliés considérables

Lors du lancement du Mémento, les représentants de quatre organisations importantes dans le domaine de l’économie sociale sont venus témoigner de leur soutien et leur enthousiasme à cette nouvelle ressource. Tous interviennent de façon à appuyer différentes initiatives présentées par des entreprises qui souhaitent développer un projet pour le bien d'une collectivité. Pascale Lapointe-Manseau, directrice générale de Lanaudière Économique, a résumé que les interventions se faisaient selon quatre chantiers, soit l’immigration, le secteur agricole, l’innovation et le développement durable. « Nous sommes des intermédiaires pour faire connaitre les enjeux des entreprises aux organisations et aux ministères. Nous développons des projets avec des partenaires pour en faire bénéficier l’économie de la région », a-t-elle assuré.

La Corporation de développement régional du Québec (CDRQ) est une autre alliée de taille dans le secteur de l’économie sociale. Son directeur général par intérim, Evan Murray, a déclaré que son organisation travaillait d’arrache-pied afin de « développer des entreprises collectives pour créer des richesses partagées ». Des services de démarrage ou encore d’accès à du financement participatif ne sont que quelques exemples d’aide apportée par la CDRQ. M. Murray a d’ailleurs raconté que son organisation a récemment soutenu la librairie Les Bouquinistes à Chicoutimi afin que celle-ci soit collectivement prise en charge par ses employés, lui permettant ainsi de continuer d’exister. « Maintenant, cette entreprise dans le domaine du livre est en croissance. Je crois que ça veut tout dire! », remarque Evan Murray.

La Table des partenaires du développement social de Lanaudière (TPDSL), dirigée par Yan Lavoie, accompagne aussi des entreprises, tout comme des municipalités ou des villes, dans la mise en place de projets voulant améliorer le développement social. La TPDSL travaille notamment sur des projets qui touchent à l’habitation, par exemple pour donner l’accès à des logements abordables. L’alimentation est un autre secteur prioritaire pour l’organisation qui a remarqué des « déserts alimentaires ». Ainsi, elle soutient des initiatives qui permettent soit un meilleur accès à la terre ou qui luttent pour contrer l’insécurité alimentaire en milieu scolaire.

Finalement, la directrice du Centre collégial d’expertise en innovation sociale (CERESO), Carine Perron, est venue présenter ce programme qui agit comme « une petite entreprise dans le Cégep de Lanaudière à L’Assomption ». Le CERESO soutient une soixantaine de projets. Pour résumer les actions de l’organisation, Mme Perron a voulu préciser la définition de l’innovation sociale : « Des gens ont une idée pour aider à régler un enjeu qui touche la collectivité, mais ils ne savent pas quoi faire. Alors, nous faisons des accompagnements personnalisés toujours en nous assurant que le projet soit au bénéfice de la communauté. »

En plus de ces entreprises, le Mémento liste tous les autres services et ressources disponibles aux individus ou aux groupes ayant en tête des projets sociaux qu’ils souhaiteraient mettre en place. En terminant, Marco Boudreault, responsable Communication et vie associative pour Économie sociale Lanaudière, a reconnu que la force de ce type d’économie était son esprit d’entraide : « C’est un travail d’équipe, ce qui explique la longévité de ces entreprises. L’économie sociale est une alternative viable et fiable. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média