Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

26 novembre 2019

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Nouveau revers pour le projet de camping de luxe au club de golf de Berthier

Demande d’utilisation d’un parcours à une fin autre que l’agriculture

Giroux Richard

©archives - L'Action d'Autray

Le maire Richard Giroux.

Le ciel devient orageux pour le projet de transformation en camping de luxe de l’un des trois parcours de neuf trous du club de golf de Berthier. Piloté cette fois par Sainte-Geneviève-de-Berthier, le dossier essuie un autre refus devant la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ).

La décision a été rendue le 23 octobre suite à une rencontre publique tenue le 30 août. Le maire de l’endroit, Richard Giroux, est notamment intervenu lors de cette assemblée tenue à Longueuil.

Importance

Faisant une description sommaire de sa municipalité, il a entre autres évoqué que le territoire de Sainte-Geneviève-de-Berthier est essentiellement agricole et qu’on y retrouve peu de commerces. Il a énuméré les commerces présents et mis l’emphase sur l’importance du terrain de golf pour sa municipalité.

Il a signalé que le projet de camping permettrait d’augmenter de 12% la valeur foncière de la municipalité.

M. Giroux a aussi mentionné que le projet est unique, ce qui évite qu’il y ait un effet d’entrainement.

Il a affirmé que c’est un investissement de 30 millions $ et que c’est une chance à saisir. À ses yeux, c’est un projet important qui ne se reproduira pas.

D’autres personnes ont mis en preuve qu’une servitude réelle et perpétuelle de non-contestation pour les activités agricoles sera établie par les propriétaires du camping. Également, la MRC de D’Autray a accepté de modifier sa règlementation afin que le camping ne soit pas considéré comme un immeuble protégé.

Ces arguments, et d’autres, n’ont pas convaincu la CPTAQ.

L’organisme se dit d’avis qu’une autorisation affecterait l’homogénéité de ce milieu. «En effet, la Commission considère qu’en faisant droit à la demande, il y aurait introduction de l’équivalent d’une petite communauté, 600 places de camping dont 300 permanentes, au cœur d’un milieu agricole par ailleurs homogène», est-il écrit dans la décision.

La CPTAQ juge aussi que malgré les modifications règlementaires et la servitude évoquée au dossier, la présence de centaines de personnes supplémentaires résidant au cœur du milieu agricole peut amener des contestations concernant les pratiques agricoles et limiter les possibilités d’utiliser des lots avoisinants à des fins d’agriculture.

«En tout respect pour opinion contraire, la Commission considère que l’effet d’entrainement est bien réel. Sans présumer des décisions qu’elle pourrait éventuellement rendre en d’autres circonstances, la Commission doit néanmoins se soucier des conséquences des autorisations qu’elle octroie. La Commission constate que la situation financière de plusieurs terrains de golf du Québec est difficile. En effet, la Commission a eu à traiter différentes demandes pour transformer en tout ou en partie des terrains de golf, notamment pour des usages résidentiels», déclare aussi la Commission.

Elle affirme également qu’elle constate qu’il y aurait sur le territoire de la MRC de D’Autray des espaces qui seraient de nature à réduire ou éliminer les contraintes sur l’agriculture.

Le maire Giroux n’a pas voulu commenter pour le moment la décision de la CPTA. «Il y a d’autres choses qu’on est en train de regarder. J’aimerais mieux ne pas commenter tout de suite», a-t-il déclaré.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média