Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

13 janvier 2021

Renée-Claude Doucet - rcdoucet@lexismedia.ca

Plus de la moitié des résidents des CHSLD ont été vaccinés

Bilan de l’exercice

COVID-19

©Depositphotos

Ce sont 53,7% des résidents en CHSLD qui ont été vaccinés jusqu’à maintenant, pour un total de 21 478 personnes.

La vaccination contre la COVID-19 va bon train dans la province. Québec fait savoir que plus de la moitié des résidents en CHSLD, soit 53,7%, ont été vaccinés jusqu’à maintenant, pour un total de 21 478 personnes.

En termes de chiffres, sur 115 375 doses reçues jusqu'à maintenant, 80 % ont déjà été administrées. 

« Nous avons déjà vacciné la moitié des résidents des CHSLD et nous sommes en train de vacciner le personnel de la santé, précise le premier ministre, François Legault. On voit la lumière au bout du tunnel, mais, en attendant, on doit éviter, dans la mesure du possible, les contacts avec des personnes de 65 ans et plus. La situation est vraiment critique, surtout dans la grande région de Montréal. Je sais que c'est dur, mais les Québécois sont capables de se serrer les coudes quand c'est nécessaire. »

 

Pression sur le réseau

 

Par ailleurs, le gouvernement fait savoir que la hausse constante des cas et des hospitalisations au cours des dernières semaines impose une pression énorme sur le réseau de la santé et des services sociaux et ses travailleurs, de sorte que plusieurs hôpitaux se situent actuellement à un niveau maximal de délestage et réussissent avec difficulté à réaliser les chirurgies urgentes et oncologiques. Si la tendance se maintient, il pourrait y avoir un dépassement des capacités de lits d'hospitalisation et de soins intensifs pour les patients, autant ceux atteints de la COVID-19 que ceux ayant d'autres maladies. 

« On dénombre 1 436 patients COVID dans nos hôpitaux. Il faut comprendre que les patients COVID ne nécessitent pas seulement des lits, mais ils sollicitent aussi le personnel. Une infirmière qui est auprès d'un patient atteint de la COVID ne peut pas être auprès d'un autre patient. La première raison pour laquelle on doit faire des efforts et limiter nos contacts, c'est pour aider le personnel de la santé », appuie le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

Devant la gravité de la situation, le ministère de la Santé et des Services sociaux a demandé à plusieurs établissements des régions de Montréal, de Laval, de Lanaudière, des Laurentides et de la Montérégie de se préparer à un dépassement de leur capacité de lits de soins intensifs. La situation est particulièrement critique dans la grande région de Montréal, alors que le nombre d'hospitalisations a plus que doublé au cours du dernier mois.

Rappelons enfin qu'un couvre-feu est en vigueur depuis le samedi 9 janvier et qu'entre 20 h et 5 h, il est interdit à quiconque de se trouver hors de son lieu de résidence ou du terrain de celle-ci, hormis dans le cas d'exceptions. 

 

Les activités délestées

 

Le délestage touche particulièrement la région de Montréal, mais également d'autres régions. Plusieurs activités seront délestées en partie ou en totalité. Mentionnons notamment :

  • les chirurgies semi-urgentes et non urgentes (orthopédiques, urologiques…) ;
  • le dépistage du cancer du côlon ;
  • les greffes de rein provenant de donneurs vivants (à l'exception de la clientèle pédiatrique) ;
  • toutes les consultations non urgentes en clinique externe spécialisée (par exemple : orthopédie, urologie, oto-rhino-laryngologie), procédures non urgentes d'hémodynamie (par exemple : coronarographie).

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média