Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com Jytrouvetout.ca

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Covid-19

Retour

25 février 2021

Élise Brouillette - ebrouillette@lexismedia.ca

Québec compte 858 nouveaux cas

Covid-19

COVID

©gracieuseté

Les plus récentes données sur l'évolution de la COVID-19, dans les 24 dernières heures, au Québec, font état de 858 nouveaux cas, pour un total de 285 330 personnes infectées; 266 879 personnes sont rétablies.

Le Québec déplore 16 nouveaux décès - mais un total de 10 361 est annoncé en raison du retrait de 1 décès non attribuable à la COVID-19 -, soit :

  • 5 décès dans les 24 dernières heures,
  • 9 décès entre le 18 et le 23 février,
  • 2 décès avant le 18 février,

Le Québec fait aussi état de:

  • 633 hospitalisations, soit une diminution de 22;
  • 122 personnes aux soins intensifs, soit une diminution de 8;
  • 32 071 prélèvements réalisés le 23 février;
  • 8 300 doses de vaccin administrées, pour un total de 387 076;
  • 509 325 doses reçues au total.

Dans Lanaudière, la progression est de 59 nouveaux cas pour un total de 20 098 personnes infectées. Le nombre de décès n'a pas augmenté depuis hier, il est de 492.

Toutes les données sur la situation entourant la COVID-19 au Québec sont disponibles sur Québec.ca

Risques d'hospitalisation et projections des besoins hospitaliers

 

L'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS) rend disponible aujourd'hui la plus récente mise à jour des deux rapports qu'il produit de manière hebdomadaire en soutien aux décideurs et aux gestionnaires du réseau de la santé et des services sociaux.

Pour la semaine du 13 au 19 février, il ressort du rapport sur les risques d'hospitalisation que :

  • Pour une sixième semaine consécutive, on note une baisse (-18%) du nombre de nouveaux cas par rapport à la semaine précédente (5 571 versus 6 830). Cette diminution est observée dans la plupart des régions et des groupes d'âge;
  • Depuis six semaines, la baisse des nouveaux cas est de 70%;
  • La diminution du nombre d'hospitalisations anticipées se poursuit, mais à un rythme moins marqué (-9%) que la semaine précédente (231 versus 254). 83% des hospitalisations anticipées le sont pour des résidents de Montréal et des régions avoisinantes ;
  • Depuis 6 semaines, le nombre d'hospitalisations anticipées est passé de 964 à 231, ce qui représente une diminution de 76%;
  • On anticipe que 46 patients nécessiteront un séjour aux soins intensifs, comparativement à 59 la semaine précédente (-22%).

Quant au rapport sur les besoins hospitaliers, il met en lumière les éléments suivants :

  • Les projections reposent sur les données colligées jusqu'au 19 février. Elles sont basées sur le taux de transmission de la dernière semaine durant laquelle l'impact de l'assouplissement des mesures, les effets des programmes de vaccination et la progression des nouveaux variants ne sont pas encore pleinement observables ;
  • Pour le Québec dans son ensemble, on anticipe que le déclin observé dans les dernières semaines du nombre de patients COVID-19 hospitalisés se poursuivra pour les trois ou quatre prochaines semaines. Au-delà de cette période, l'évolution de cette tendance pourrait être différente avec une présence croissante de variants plus contagieux ou plus virulents.
    • Pour Montréal et ses régions proches (zone 1), les hospitalisations projetées continuent leur décroissance. On ne prévoit pas de dépassement des capacités hospitalières au cours des 3 prochaines semaines. Moins de la moitié des lits réguliers et de soins intensifs désignés pour les patients COVID-19 sont présentement occupés ;
    • Pour les autres régions (zone 2), le nombre d'hospitalisations projetées demeure faible. On ne prévoit pas de dépassement des capacités hospitalières au cours des 3 prochaines semaines. Seulement 15% des lits réguliers et 10% des lits de soins intensifs désignés pour les patients COVID-19 sont présentement occupés.

L'INESSS tient à souligner certaines limites en lien avec ces projections :

  • Une analyse rétrospective des projections suggère que les modèles sont généralement robustes, mais que leur précision diminue avec le temps. L'hypothèse d'un taux de transmission constant semble moins plausible au-delà de la troisième semaine ;
  • Tout délai dans la déclaration des nouvelles admissions hospitalières affecte les projections ;
  • Rappelons qu'au-delà de la disponibilité des lits, d'autres facteurs influencent également la capacité hospitalière, notamment la disponibilité du personnel et du matériel.
    .

 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média