Carrières dans votre région Guide resto Avis de décèsÉdition Électronique Rabaischocs.com

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

cliquer pour fermer

Actualités

Retour

04 janvier 2022

Pierre Bellemare - pbellemare@lexismedia.ca

Jean-Marc Perreault: un cœur qui bat au rythme du bénévolat

Personnalité de l'année 2021 de L'Action D'Autray

Perreault Jean-Marc

©Pierre Bellemare - L'Action d'Autray

M. Perreault enseigne depuis 1997 à l’école secondaire De La Rive.

Jean-Marc Perreault est un passionné. Il ne compte pas les heures, depuis nombre d’années, qu’il consacre bénévolement à divers dossiers. Son implication touche toutes les couches de la société et toutes les catégories d’âge.

Il détient le prix (2020) du bénévolat en loisir et sport Dollard-Morin pour Lanaudière. Au cours de la même période, la Fédération des astronomes amateurs du Québec (FAAQ) lui a décerné le prix Quilac. Cet honneur est accordé à une personne ou à un groupe qui s’est distingué en matière de vulgarisation à travers les 37 clubs de la FAAQ.

Pas à pas

Ce dernier prix concorde avec les premiers pas en bénévolat de celui qui est professeur depuis 1997 (il a commencé sa carrière quatre ans plus tôt) à l’école secondaire De La Rive de Lavaltrie. Depuis 15 ans, il y enseigne les sciences et les technologies aux élèves de Sec. I et Sec. V.

Mordu d’astronomie, membre du club «Les vagabonds du ciel de Lanaudière», il a amené (2008) son télescope dans un parc parce que les arbres près de chez lui bloquait la vue de ce qu’il voulait observer dans le ciel. Un groupe de jeunes s’est approché pour voir ce qu’il faisait. Les questions ont commencé. M. Perreault se souvient que cela a donné de beaux moments avec des élèves qui étaient «un peu tannants» en classe.

Il a été durant trois ans président du club lanaudois après avoir siégé au conseil d’administration durant quelques années. L’organisme compte une cinquantaine de membres de tous les âges.

La plongée sous-marine est une autre de ses passions. En 2015, il s’est impliqué au sein du conseil d’administration du club de plongée sous-marine de Lanaudière. Quelques-uns de ses étudiants ont suivi le cours de premier niveau de plongée.

Plus tard, il a amené des étudiants effectuer de la plongée au cours de la saison estivale. De belles sorties de plongée ont aussi été organisées pour des adultes de Lanaudière.

En 2019, M. Perreault est devenu membre de la Garde côtière auxiliaire de Lanaudière. Il a été motivé par son goût de faire du bénévolat tout en ayant la possibilité de devenir un meilleur marin. La Garde Côtière offre d’excellentes formations (sauvetage en mer, secourisme, navigation et bien d’autres choses) aux membres-auxiliaires.

La même année, il a commencé avec des élèves la recherche d’épaves avec un sonar.

L’année suivante, 10 épaves, absentes des cartes marines, ont été découvertes. Certaines à la hauteur de Saint-Ignace-de-Loyola. L’an passé, le groupe s’est concentré sur l’épave d’un avion militaire, près de Sorel.

Son bateau sera exposé au Salon du bateau de Montréal à la mi-février, au Palais des congrès. Il amènera des élèves avec lui.

Reste que l’astronomie demeure sa principale passion. Cela lui permet d’entrer en contact avec les parents de ses futurs élèves qui sont encore au primaire. Il a construit un planétarium gonflable de huit mètres de diamètre pour des présentations du système solaire dans des écoles, notamment. Il s’est rendu à l’école Jean-Chrysostôme-Chaussé de Lavaltrie, à la fin novembre. Il se rendra dans une autre école primaire de Lavaltrie, sous peu.

Au détour, M. Perreault note qu’il a mis de l’avant et réussi des grands projets, tels la recherche d’épaves sous-marines et la construction d’un planétarium gonflable, parce qu’il a le syndrome de La Tourette. Il signale que cela explique son petit côté obsessionnel. «Je n’abandonne pas facilement», raconte-t-il. Il éprouve aujourd’hui beaucoup moins de tics.

«J’en parle pour la première fois. La plupart de mes collègues ne le savent pas», signale-t-il.

Il entend continuer son bénévolat. «Voir la joie et la gratitude dans les yeux des gens, c’est mon carburant», signifie-t-il.

Commentaires

5 janvier 2022

benoit tremblay

... et un collègue de travail exceptionnel !

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média